Visite aux Utopiales 2012

  (la très très belle affiche réalisée par Nicolas Fructus, j’ai craqué je l’ai achetée)

En ce pluvieux samedi 10 novembre 2012, je me suis aventurée au Centre des congrès de Nantes, armée d’un sac à dos et d’un porte monnaie.

Premier contact avec un salon de ce genre.

J’ai commencé par un repérage des lieux. Flânerie dans les expos (oh mais tiens c’est qui ça qui se fait interviewé? Mais c’est Gaiman!), petit arrêt pour regarder des visiteurs déguisé dans le plus pur style steampunk. Zone de conférence, table ronde repérées, bar : check. La librairie, alors là, j’y suis restée euhh je ne sais pas longtemps c’est sûr et j’ai fait mes premiers achats, histoire d’éviter la queue l’après-midi. Petit passage à l’expo de légos, il y en a vraiment qui sont euhhhh…. on va dire passionnés! Au sous-sol, l’espace jeux (vidéo mais aussi jeu de rôle grandeur nature), je me suis retenue d’acheter une tenue de chevalier. Petit passage au bar, 15 minutes de la table ronde sur « Le héros dans la littérature et dans les jeux de rôle » et il était l’heure de partir (pour mieux revenir bien sûr).

J’ai retrouvé d’autres Livraddictiens : Ascylé, Luna et Fagverius, pour manger à la crêperie. Un moment bien sympathique.

Retour en force au Centre des Congrès, mais l’attente pour les dédicaces aura eu raison de notre groupe, chacun navigant vers ses objectifs.

Initiation à la zen attitude du petit scarabée qui veut une belle dédicace de Elian Black’mor, Carine M. et Pierre Dubois. Comme à la boucherie on nous a distribué des tickets et là nous avons patiemment attendu. Heureusement Ascylé et Luna était toujours là. De belles illustrations et un moment de discussion avec les auteurs ça se mérite et ça le vaut.

Ils sont tout les trois très sympas et très accessibles. Moi qui avait peur de ne pas savoir quoi dire, je n’ai pas arrêté de parler (quelle pipelette!).

                                  

 

Carine M. m’a donné le choix entre un monstre, une sirène et une sorcière pour dédicacer le guide du savoir survivre en compagnie des monstres. Je lui ai demandé un monstre plein de poils et le voilà. Je le trouve trop top!

Elian Black’mor a fait une belle aquarelle.

                        

 

Il a beau dire que nous étions des cobayes (c’était les premières dédicaces de l’épouvantable encyclopédie des fantômes) je trouve le résultat superbe.

 

Et pour finir Pierre Dubois, le narrateur (ça on le comprend vite 🙂 ) mais qui dessine aussi.

                 

Au final 3 heures de passées (arghhh!) mais elles le valaient bien !

Le temps de dire au revoir à Ascylé et Luna (on avait perdu Fagverius) et je suis aller faire dédicacer des livres.

 

La Malerune de Pierre Grimbert et Michel Robert : dédicace de Michel Robert.

                    

J’adore sa série l’Agent des Ombres. Un auteur très sympathique et très abordable pour échanger quelques mots.

 

Bleu comme une orange de Norman Spinrad. Là pas d’échange, c’est signature signature. Il faut dire que c’est un sacré monument de la SF! Et comme je suis très douée, j’avais déjà le livre tsss…

                

 

Un petit tour au stand de actusf pour acheter l’anthologie des Utopiales 2012. Me voilà repartie avec l’anthologie.

Mais aussi Le petit guide à trimballer de la fantasy.

Et également dédicacée par l’auteur qui était présente, Le guide de survie en territoire ado de Laura Vitali.

                                              

Et L’une rêve l’autre pas de Nancy Kress que je suis allée faire dédicacer. En vitesse, je commençais à manquer de temps.

                                                   

 

Le temps d’écouter quelques échanges sur « Qu’est-ce qu’une terre habitable »; puis de rencontrer Lelf, une autre Livraddictienne (qui me donne envie d’acheter plein plein plein de livres, c’est malin!) ; et je devais partir.

En conclusion : une super journée mais bien trop courte. Je n’ai pas eu le temps d’écouter une conférence en entier. En 2013 il faut que je revienne pour deux jours! (En prenant à nouveau un sac à dos pour tous mes achats! Merci pour le conseil 😉 )

Un autre achat non dédicacé, mais qui m’a fait craquée :

Fondation (le cycle de Fondation 1) de Isaac Asimov

 

Quatrième de couverture :

En ce début de treizième millénaire, l’Empire n’a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C’est dans sa capitale, Trantor, que l’éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l’avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l’effondrement de l’Empire d’ici trois siècles, suivi d’une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs…

 

Je n’ai jamais lu de livre de Isaac Asimov (pas taper, nan pas taper!), alors quitte à se lancer j’ai choisi le cycle de Fondation. Il était temps aussi de faire avancer ma participation au challenges SFFF (c’est quoi ça? C’est expliqué dans une page antérieure, allez on cherche!).

 

L’histoire : Difficile à résumer car il y a en fait 5 mini histoires qui concernent toute Fondation. En bref, un chercher (Hari Seldon) prévoie la chute de l’empire. Afin que l’humanité se relève plus vite du chaos qui s’en suivra, il crée le projet Fondation. Cette colonie à la périphérie de l’empire doit rassembler le plus de connaissance. On assiste alors à ses débuts, quand elle amasse des connaissances, puis à son développement grâce à la religion et enfin on finit le livre sur son renforcement grâce au marchand.

 

Mon humble avis :

Les première pages m’ont tout de suite plongée dans l’ambiance : la Science Fiction. avec un grand S et un grand F. Il est question de planète-ville, de vaisseaux spatiaux, de galaxie… Bref : on sait où on est. La suite de l’histoire est un perturbante. En effet, contrairement à d’autres livres, on ne suit pas l’histoire d’un ou de plusieurs héros. Toutes les cents pages (à peu près), l’histoire avance d’un bon de 30, 50 voir cent ans. En fait c’est l’histoire de fondation que l’on suit. Une fois que l’on a compris cela, on est un peu moins perdu (mais ça fait quand même un peu bizarre).

Le livre est facile à lire et très fluide. J’ai beaucoup aimé les extraits d’Encyclopédia Galactica, qui parsèment l’histoire et nous y replongent au cas ou notre esprit se serait égaré ailleurs et qui font un peu le lien entre les différentes époques.

Difficile de s’attarder en particulier sur l’un des personnages. On ne les côtoie que peu de temps. A part Hari Seldon, qui, par ses prévisions, vient participer à l’histoire régulièrement. Drôle de personnage que ce scientifique qui manipule les masses afin de changer le destin de l’univers…

Aucune époque ne m’a plus plu ou plus déplu, elles apportent toutes leur grain de sel dans le développement de Fondation.

Concrètement,

je n’ai pas vraiment d’avis sur ce livre. Je suis plutôt dans l’expectative, dans l’attente. C’est le début du cycle, je pense donc qu’il fait partie d’un tout et que sans ce tout il est un peu cours. Il y a un côté anthropologique très intéressant (peut-être un peu schématique) sur le développement des civilisations : d’abord les croyances, puis le développement de l’activité marchande…. Il ne reste plus qu’à lire la suite du cycle pour voir ce qu’il en est !

Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks

Synopsis

Ne prenez pas à la légère votre bien le plus précieux: votre vie. Ce livre contient toutes les clés pour survivre aux hordes de morts-vivants qui s’approchent de vous en ce moment même à votre insu. Proposant des exemples précis et des astuces reconnues par des experts de renommée internationale, le « Guide de survie en territoire zombie » vous donne la conduite à tenir en toute circonstance pour vous tirer d’affaire, vous et vos proches.

Ce livre peut vous sauver la vie.

Année de parution française : 2009
Année de parution originale : 2003
Titre VO : The zombie survival guide: complete protection from the living dead

 

Décidément je mets autant de temps à faire la chronique de ce livre qu’à le lire. Pourtant je l’ai bien aimé.

La petite histoire de notre rencontre : lors d’une de mes déambulations dans une librairie à fureter, regarder les nouveautés… Je suis tombée en arrêt devant le titre « Non c’est po possible… mais si ! Oh trop marrant j’achète ». Me voilà repartie avec mon guide de survie le sourire jusqu’aux oreilles, ravie qu’un auteur ait eu une si bonne idée de 15ème degré.

Voilà, le truc, c’est que c’est un guide de survie, un vrai (et j’en conclue que je n’aime pas trop ça).. Donc la lecture peut parfois s’avérer rébarbative (je choisis quoi un 22, une carabine…). Donc je l’ai lu en deux fois. Pour la deuxième j’avoue avoir lu un peu dans le désordre, pour égayer la lecture des conseils très didactiques de survie, par celle des témoignages d’existence des zombies.

En tout cas, je pense qu’il faut que je m’achète de toute urgence : un pied de biche, un petit transformateur, des pastilles pour rendre l’eau potable ….

Et je serais prêtes, les zombies vous pouvez toujours venir ! Je vous attends!