Rouge toxic de Morgane Caussarieu

ID :

Auteur :  Morgane Caussarieu –  Editions   ActuSF collection Naos-  Parution :  15/02/2018  – 352 pages – Prix : 14.90€– Genre : Fantastique

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Faruk, et pour subsister, il me faut boire votre sang.

Je vivais tranquillement ma non-vie dans les bas-fonds de San Francisco, quand ce type a débarqué pour me confier une mission difficile à refuser.

Me voilà sur les bancs de Mission High School, à suivre comme une ombre Barbie, une orpheline aussi intrigante que réfractaire à mes charmes. Et croyez?moi, survivre dans la jungle du lycée, ce n’est pas de tout repos, même pour un vampire. Surtout pour un vampire…

Mais d’elle ou de moi, qui sera le plus toxique ?

Continuer la lecture de « Rouge toxic de Morgane Caussarieu »

Le Crépuscule des arcanes, tome 1 : L’Ensorceleuse de Pointe-Lévy de Sébastien Chartrand

ID :

Auteur : Sébastien Chartrand –  Editions Alire  –  Parution :  04/06/2013  – 434  pages – Prix : 10.90€– Genre : Fantastique

Quatrième de couverture :

En Bas-Canada, après le Grand Choléra et la révolte des Patriotes, seules quelques personnes savent encore pratiquer la version théurgique des arcanes. Pourtant, à Notre-Dame des Tempérances, quelqu’un vient d’utiliser la goétie – la version noire des arcanes – pour modifier le cours naturel des choses. Nous sommes en 1849…

Neveu du curé Lamare, Faustin travaille comme bedeau au presbytère de Notre-Dame des Tempérances. S’il sait que son oncle fait partie des arcanistes survivants, il n’en est pas moins surpris quand, après une pénible divination pratiquée le soir du Mardi gras, le vieil homme le conjure de ramener au plus vite Rose Latulipe, la fille du maire. Or, quand Faustin, accompagné du vicaire François Gauthier, se présente chez le notable, la jeune fille a été enlevée par un mystérieux étranger.
La rencontre de Shaor’i, une Indienne aux pouvoirs arcanistes étonnants, lance les deux hommes sur des sentiers inconnus, d’abord pour recevoir l’aide du chamane Otjiera, puis vers le Mont à l’Oiseau de sinistre réputation, avec pour guide l’homme fort Baptiste Lachapelle.
Pour Faustin, qui découvre avec stupéfaction que des gens peuvent se changer en harfangs, que les lutins et les loups-garous existent tout autant que la bête à grand’queue et les jacks mistigris, c’est la fin de l’innocence… et le début d’une quête dont l’aboutissement final transformera à jamais son existence !

Mon avis :

Il y a un peu plus de deux ans, aux Utopiales, j’avais eu la chance d’assister  à une présentation des Editions Alire et de certains de leurs auteurs. J’avais ainsi eu le plaisir de rencontrer Sébastien Chartrand, qui m’avait bien donné envie de lire son livre. Souvent les livres font un peu dodo dans ma PAL (c’est à dire sur mes étagères). L’approche des Imaginales, avec le Canada&Québec comme pays invité, m’a fait choisir cette lecture.

J’attendais du mystère, de l’accent québécois, des légendes indiennes, des voyages…. je ne fus pas déçue. Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans le Québec du XIXème siècle. On accompagne les habitants dans leur vie difficile, on découvre leurs superstitions, le froid, la place de l’église dans la société….  Je n’ai pas pu m’empêcher de visualiser Notre-Dame des Tempérances comme le village de Notre-Dame-Des-Lacs, de la bande dessinée Magasin Général. Peut-être cela a-t-il favorisé mon immersion. en tout cas en quelques pages j’étais dedans et j’ai dévoré L’ensorceleuse de Pointe-Lévy sur le week-end.

L’auteur va nous faire voyager à la suite de Faustin et de François qui cherchent à découvrir la menace que voulaient déjouer le curé Lamare. Au fur et à mesure on découvre leur réalité , bien différente de la vie de simple quidam : les curés s’avèrent être des arcanistes, les métamorphes existent…. tout cela sur un fond de neige, de Québec qui  cherche son identité (le récit s’appuie sur des événements historiques), d’indiens qui tentent de survivre.

Il y a plusieurs personnages principaux. Tous n’ont pas la même profondeur. Si l’on en apprend beaucoup sur Faustin et Shaor’i, il est bien difficile de parler de François. Peut-être en apprendrons-nous plus dans le tome suivant ? Shaor’i, l’indienne farouche, reste en tout cas ma préférée avec son caractère bien trempé.

Pour conclure, j’ai dévoré ce premier tome avec grand plaisir. J’ai particulièrement apprécié la magie des arcanes. J’ai voyagé dans un Québec fantastique, contrat remplie. Vivement Les Imaginales que j’achète le tome 2!

 

Dautres avis chez : Vert, Shaya

Luna, tome 2 : Lune du loup de Ian McDonald

ID :

Auteur : Ian McDonald – Traduction : Gilles Goullet – Editions Denoël collection Lunes d’encre –  Parution :  15/02/2018  – 432  pages – Prix : 22.50€– Genre : Science Fiction,  planet opera, western

Quatrième de couverture :

Sur la Lune, deux ans après les événements qui ont précipité la chute de la famille Corta, les Mackenzie se sont approprié les restes de leur entreprise. Il n’y a donc plus que quatre « Dragons », ces consortiums familiaux qui se partagent l’exploitation des ressources lunaires et, donc, le pouvoir. Pourtant, les Mackenzie se déchirent sur les cadavres encore frais de leurs ennemis de toujours. Les Sun continuent, discrètement, à élaborer des plans visant à affaiblir leurs adversaires. Les Vorontsov vendent toujours leurs indispensables services au plus offrant. Et les Asamoah tentent tant bien que mal de préserver leur neutralité de façade. Mais le statu quo, même sous gravité réduite, n’est jamais acquis. D’autant que les rares survivants de la famille Corta – blessés, en fuite ou sous la protection d’autres Dragons – n’ont pas dit leur dernier mot.

Mon avis :

Ahhh la suite de Luna ! J’ai dévoré le tome 1  (il faudra que je vous en parle) et enchaîné immédiatement avec le tome 2. Si vous n’avez pas lu le tome 1, la quatrième de couverture vous aura un peu spoilé la chute du livre, donc je n’aurai pas à faire autant attention (franchement si vous n’allez pas lu le tome 1, allez le lire tout de suite, puis revenez ici).

Comme pour le tome 1, j’ai été immédiatement happée par le récit, dès les premières pages tournées. On revient sur la lune (et sur terre) deux ans après la terrible attaque des Mckenzie sur les Corta. Cette fin m’avait scotchée, comment rebondir pour les Corta une fois leur empire détruit, leurs ressources spoilées?  Dit comme ça, il y a comme un petit côté Santa Barbara, mais je vous rassure le niveau est plutôt  celui d’un très bon western. On va suivre en parallèle les machinations de Lucas Corta sur terre (eh oui, il arrive à y survivre après être né sur la lune) et les essais que font les membres survivant de la famille pour rester vivant (ce qui n’est pas forcément évident). La famille Corta ne va pas être la seule à payer le prix le plus élevé : mort et destructions d’empires vont s’enchaîner.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de temps mort dans ce récit. L’auteur nous balade du début jusque la fin, de surprise en surprise. L’univers est totalement cohérent et j’ai eu l’impression qu’en regardant la lune j’allais voir les fourneaux des Mc Kenzie brûler.

La multitude de personnages est une des richesses de ce livre. Cela demande un petit temps d’adaptation au départ, mais quand on aborde le tome 2 on maîtrise le sujet.  Même si certains personnages du tome 1 me manquent (ils sont morts), j’ai été ravie de retrouver Lucashinho, mais aussi son oncle Wagner, le loup. Chaque personnage est travaillé en profondeur et c’est un grand plaisir que d’en apprendre plus sur chacun.

Pour conclure, j’ai adoré ce tome 2, après avoir aimé le tome 1. Quel plaisir de continuer à découvrir cet univers ! On en apprend plus sur chaque famille, on se perd avec délectation dans les intrigues politiques…. Que dire d’autre à part : vivement le tome 3 !

D’autres avis chez : Blackwolf, Célindanaé,Lorhkan, La tête dans les livres

Quelques instants de lecture n°15

Quelques instants de lecture est un rendez-vous mensuel, proposé sur mon blog, qui se tient le 1er jour de chaque mois.

Son objectif est de partager nos photos de livres, de moments de lecture, du mois passé, mis en scène. Vous pouvez taguer les photos avec : #QQInstantsLecture.

Aujourd’hui, partageons nos photos du mois de :

MARSSSSSSSSSSSSSS . Un petit mois de lecture pour ma part.

Continuer la lecture de « Quelques instants de lecture n°15 »

Le jour où j’ai décidé de lire un livre de développement personnel : Le miracle morning de Hal Elrod

ID :

Auteur : Hal Elrod- Traduction : Christophe Billon – Lecture : Bernard Gabay – Editions Audiolib –  Parution : 17/01/2018 pour cette édition   – durée 5h42 – Prix : 20.90€– Genre : Développement personnel

Quatrième de couverture :

Quel est le point commun entre Richard Branson, patron de Virgin, Anna Wintour, directrice du Vogue US, Tim Cook (Apple), Marissa Mayer (Yahoo !) ? Le succès ? Certainement. Un emploi du temps de ministre ? Aussi. Mais surtout un secret jusqu’ici bien gardé, et lumineux une fois révélé. Toutes ces personnalités ont l’habitude de se lever avant l’aube, et de démarrer leur journée par une à deux heures rien qu’à eux. Deux heures pour faire du sport, méditer, se cultiver, mettre en route leur journée… Devenir meilleur, en somme !
Se lever tôt, d’accord, mais comment et pour quoi faire ?
Avant 8 heures impérativement, et d’un bond, sans se laisser la possibilité de tergiverser.
En sachant très clairement comment remplir cette heure ou ces deux heures que l’on s’offre, comme un « supplément de vie’.
En profitant de ce moment calme, sans téléphone ni mails, pendant que la maisonnée dort, pour méditer, faire du sport, écrire, lire mais surtout, préparer les objectifs de sa journée, à chaque fois comme une nouvelle petite aventure à entamer.Un livre motivant, inspirant, à la portée de tous.

 

Mon avis :

J’entends déjà ceux qui me connaissent pousser de grands cris d’orfraie : « Pourquoi, mais pourquoi ? ». La réponse la plus simple serait parce que. Plus concrètement, lors d’une masse critique de Babelio, je me suis dit : « Tiens demandons un audiobook, pour la voiture ça serait pas mal. Voyons voir ce qu’il y a ? Un livre sur l’organisation ça serait pas mal vu que je me plains de ne pas faire tout ce que je veux ». Me voilà donc avec Miracle morning, offrez-vous un supplément de vie.

J’avais déjà vu passer quelque tweets avec le hashtag Miracle morning, j’étais donc plutôt curieuse. Merci de retenir monsieur le juge que je ne connaissais rien aux livres de développement personnel et encore moins auxdits livres  américains. Me voici donc, pleine de bonnes intentions, avec l’audiobook, dans ma voiture. Play. Cela commence par les malheurs de l’auteur. J’apprends qu’il a failli mourir dans un accident de voiture (s’ensuit les étapes de sa rééducation) et deuxième malheur de sa vie, quasiment ruiné il a connu la dépression. Okay, c’est pas la joie, ça me déprime un peu le matin cette histoire….

Ahhhhh !!! mais c’est pour nous vendre sa méthode!!! (suis-je bête). Commence donc le magnifique blabla qui me donne l’impression d’être à la foire, mon livre lave plus blanc que blanc, mais en plus il vous fait devenir millionnaire! Bon d’accord, faut bien qu’il le vende et puis qu’il motive ceux qui vont se décider à se lever à 5h du matin. En tout cas toutes les bonnes techniques de vente vont être appliquées, avec des rappels réguliers de : cette méthode est géniale, vous allez devenir riche, acheter le livre à vos amis ect.

Vous l’aurez compris, la crise d’urticaire n’était pas loin. Passons ce grand moment de vente à : « j’ai trouvé la solution, tout le monde peut l’appliquer, vous n’avez aucune excuse à être dans le caca ». Là, non je dis non et je pense à la difficulté qu’on peut avoir à s’extirper des sentiments de culpabilité que la société nous inculque depuis notre enfance. Ça me donnerait presque envie de devenir vulgaire tellement ça m’a énervé.

Continuons par  son mantra comme quoi 95%  des gens avaient une vie médiocre, bonjour le jugement de valeur. Alors on fait quoi ? On se regarde le nombril et on considère les autres comme des cafards ? (mais non je ne suis pas énervée 😉 ). Apparemment 95% des gens regretteraient leur vie, à la fin de celle-ci (c’est de là qu’il tire cette idée), chiffre issu d’une étude menée par la caisse d’assurance maladie américaine. Mouiiii, ça m’a l’air bien fiable cette histoire…

J’aurai pu arrêter là bien sûr, personne ne m’a forcé à écouter la suite, mais je suis curieuse et je pense que l’on peut apprendre de tout. Je me suis également dit que je n’étais pas le public cible (étant satisfaite de mon existence), mais qu’il devait bien y avoir des trucs intéressants à un moment.

Bien, j’en arrive à sa méthode qui dans l’absolu comporte de bonnes idées : s’accorder un moment à soi, faire des choses productives, un peu de sport, se motiver si l’on veut atteindre des objectifs…

Le problème c’est la solution, on dort trop, tient on a qu’à se retirer une heure de sommeil. Il conseille de se lever plus tôt d’une heure, mais pas de se coucher plus tôt.  Car on dort trop, il suffit de se dire, je serai en forme demain et le tour est joué.

Je ne sais pas si vous en avez lu, mais il y a pas mal d’articles qui sortent sur les problèmes liés au manque de sommeil comme celui de Science et avenir  sur la maladie d’Alzheimer ou le hors série de la recherche qui parle (entre autre) des troubles liés à la diminution du temps de sommeil.

Allez j’arrête là mes récriminations. Pour synthétiser, quelques bonnes idées pour s’organiser une routine, se motiver pour atteindre un challenge, mais beaucoup de concepts qui me font tout bonnement halluciner et pas dans le bon sens du terme. Sur ce, je vais vous souhaiter de bonnes lectures non productives et aller faire dodo 😀

PS :  J’oubliais, rien à reprocher au lecteur par contre.