Throwback Thursday Livresque 2018-6 : Une histoire en France

Le « Throwback Thursday livresque » est un rendez-vous hebdomadaire créé par le blog Bettie rose Books. Tous les jeudis, les participants sont invités à se replonger dans leurs plus jolis souvenirs livresques et à partager une ancienne chronique correspondant au thème de la semaine.

Le thème de cette semaine est Une histoire en France.

Continuer la lecture de « Throwback Thursday Livresque 2018-6 : Une histoire en France »

Célestopol de Emmanuel Chastellière

ID :

Auteur : Emmanuel Chastellière – Couverture : Marc Simonetti – Edition de l’instant –  Parution : 30/05/2017 –  342 pages – Prix : 22.50 € – Genre : steampunk,  nouvelle, SF

 

Quatrième de couverture :

Célestopol, la cité lunaire, la perle de l’Empire Russe, la ville de toutes les démesures, où toutes les technologies de ce XXème siècle naissant se combinent pour créer la métropole ultime. Célestopol, où à chaque coin de rue, la magnificence de ses merveilles architecturales rivalise avec l’éblouissement que provoquent ses automates affectés à mille et une tâches. Célestopol et ses canaux de sélénium dont la brume mordorée baigne en permanence la lumière des réverbères. Célestopol, la ville sous dôme, le défi ultime de l’humanité lancé aux étoiles.

Continuer la lecture de « Célestopol de Emmanuel Chastellière »

Délivrez-moi ! de Jasper Fforde

  ID :

Auteur :Jasper Fforde  – Traducteur : Roxane Azimi – Edition : 10/18 – Parution : 01/06/2006 –   444 pages – Prix : 8.80 € – Genre : fantastique, policier

Quatrième de couverture :

Thursday Next, détective littéraire et agent des OpSpecs, bénéficie d’un repos bien mérité après être rentrée dans l’intrigue du roman Jane Eyre grâce au portail de la prose et en avoir sauvé l’héroïne. Elle a aussi retrouvé l’homme de ses rêves, Landen, et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la voilà enceinte ! Seulement, la corporation Goliath ne l’entend pas de cette oreille, et pour la contraindre à libérer le criminel qu’elle a enfermé dans un poème de Poe, le groupe tout-puissant fait éradiquer son mari de la réalité – il serait mort dans un accident de voiture à l’âge de deux ans !
Seule Thursday se souvient que Landen a un jour existé… Mais maintenant que le portail de la prose a disparu, la jeune femme va devoir subir un entraînement spécial à la jurifiction – la police interne des livres – avant de pouvoir reprendre ses voyages à l’intérieur des chefs-d’oeuvre de la littérature.

Continuer la lecture de « Délivrez-moi ! de Jasper Fforde »

La fée, la pie et le printemps de Elisabeth Ebory

 ID :

Auteur : Elisabeth Ebory – Edition : ActuSF, collection Badwolf – Parution : –  400 pages – Prix : € – Genre : fantastique

 

Quatrième de couverture :

En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…

Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.

Des personnages empreints d’une légèreté désespérée, une aventure aussi féerique que profondément humaine. Élisabeth Ebory renoue avec le merveilleux des anciens récits, sans nier leur part d’obscurité.

Mon avis :

Ahhhh… que j’ai eu du mal à écrire cette chronique… vous allez comprendre pourquoi (pour l’expliquer je ne vais pas suivre ma trame habituelle). L’histoire me tentait bien, des fées, de l’aventure… et la couverture est superbe. Me voilà donc partie dans cette lecture.

Les personnages principaux sont attachants. Ils ont des caractères bien tranchés et beaucoup d’humour. Il y a Clem le chevalier servant, Philomène la voleuse, Od qui cache bien son jeu et apparaît comme un grand-père grognon, le jeune espiègle S et la dynamique Vik. Les « méchants » ne sont pas en reste avec Rêvage et ses plans machiavélique.

Le cadre se prête bien à l’histoire, Londres en 1837 et la campagne anglaise. On imagine bien y voire surgir des créatures imaginaires. Ce qui est rendu possible par l’apparition de failles entre notre monde et le mystérieux royaume des faes, froid et inquiétant.

Le récit mixe tout cela, sur un fond de conquête du monde par les faes, de « retour » de l’héritière (comme un petit goût d’alexandre Dumas), d’amourette et de farce rocambolesque (la pauvre Rêvage a bien du mal à voir aboutir ses plans, si longuement travaillés, Rêvage, la Iznogoud des faes?).

Et c’est peut-être là que la mayonnaise n’a pris pour moi, dans l’assemblage de tous ces éléments prometteurs.

Pour conclure, des personnages qui valent le coups, un univers prometteur, mais un petit manque inconnu au niveau du liant.

D’autres avis chez : Cédric Jeanneret, Joyeux Drille

n°1 imaginaire

Pornarina, La-prostituée-à-tête-de-cheval de Raphaël Eymery

 

ID :

Auteur :  Raphaël Eymery –  Edition Denoël, Collection Lunes d’encre – Parution : 01/06/2017 – 208 pages – Prix : 19 € – Genre : fantastique, thriller, gothique

 

Quatrième de couverture :

Depuis des décennies, Pornarina ensanglante secrètement l’Europe. Les rares à connaître son existence – les pornarinologues – l’ont surnommée la-prostituée-à-tête-de-cheval. Elle serait coupable de dizaines d’homicides.
À plus de quatre-vingt-dix ans, le Dr Blažek est un tératologue renommé. Il vit dans un château fort avec sa fille adoptive : Antonie, vingt-quatre ans. La jeune contorsionniste assiste le docteur dans sa traque obsessionnelle de Pornarina, mais s’éloigne bientôt de son père adoptif, rebutée par l’esprit communément pervers des pornarinologues.
Trouvera-t-elle son salut dans la mystérieuse figure de la-prostituée-à-tête-de-cheval?
Incroyable voyage au cœur d’une famille Addams européenne, comédie macabre qui ressuscite la grande tradition française du théâtre de Grand-Guignol, Pornarina séduit par son audace littéraire, sa constante inventivité, et explore, sur fond de guerre des sexes, le thème de la mythification des tueurs en série.

 

Mon avis :

Bon, voilà une chronique qui ne s’avère pas facile.  Appréciant ce qui est dark, un peu glauque, les encyclopédies sur les monstres… je me suis laissée tenter par ce livre, attirée par le synopsis.

Mais le synopsis est une chose, le livre une autre.  Le début répond à la promesse du freak-show, avec l’histoire du Dr Blažek, fils d’une sœur siamoise, photo de la/les maman(s) à l’appui. Son enfance dans les cirques et les foires, lui a donné le goût des monstres (monsieur est tératologue) et il se passionne pour Pornarina, une tueuse en série qui émascule ses victimes, avec les dents.  Si vous avez du mal à prononcer Pornarina, ne vous inquiétez pas, à la fin du livre cela se fera tout seul, tant son nom est cité (j’aurai dû faire un décompte). Ne vous attendez pas à suivre une enquête policière classique, les informations sur la dite tueuse seront distillées lors des rencontres des pornarinologues, spécialistes de ladite madame, plus ou moins sérieux, mais très crédibles. J’avoue que leurs débats ne m’ont pas passionnée.

Heureusement il y avait la fille adoptive du Dr, Antonie, que l’on va suivre dans sa transformation en tueuse en série. Ce personnage est assez étrange, sans émotion, un bon terreau pour devenir psychopathe.

Raphaël Eymery se fait plaisir en convoquant dans ce livre tous les personnages qui le fascinent (il y a même une sorte de Sherlock Holmes zombie), mais cette multitude finie par manquer de lien.

Je m’attendais, éventuellement, à être dérangée par ma lecture, être mal à l’aise, en découvrant les différentes déviances dont sont affublés les personnages (du genre celui qui prend son pied avec du sang…). Mais au final, je suis plutôt restée dubitative face à la présentation de toute cette érudition sur le domaine (certes j’ai appris des mots comme paraphilie).

Pour conclure, quand j’ai terminé ma lecture je n’arrivais pas à savoir ce que j’en avais pensé. Au final, je crois bien que je me suis ennuyée.

 

D’autres avis chez : Mes imaginaires, Gromovar