Le chaos en marche, tome 2 : Le cercle et la flèche de Patrick Ness

ID :

Auteur : Patrick Ness – Traducteur : Bruno Krebs – Edition FolioSF-  Parution : 16/10/14 –   562 pages – Prix :  8.90€ – Genre : Post-apocalyptique

 

Quatrième de couverture :

Maire Prentiss, à la tête de son armée, a fini par capturer Todd et Viola. Todd est retenu prisonnier et contraint de travailler pour son ennemi s’il veut revoir Viola qui est en convalescence dans la maison de soins dirigée par Mrs. Coyle. La vie à New Prentissville semble vouloir reprendre son cours. Pourtant, une nouvelle guerre semble sur le point d’éclater entre le Cercle et la Flèche.

Continuer la lecture de « Le chaos en marche, tome 2 : Le cercle et la flèche de Patrick Ness »

Célestopol de Emmanuel Chastellière

ID :

Auteur : Emmanuel Chastellière – Couverture : Marc Simonetti – Edition de l’instant –  Parution : 30/05/2017 –  342 pages – Prix : 22.50 € – Genre : steampunk,  nouvelle, SF

 

Quatrième de couverture :

Célestopol, la cité lunaire, la perle de l’Empire Russe, la ville de toutes les démesures, où toutes les technologies de ce XXème siècle naissant se combinent pour créer la métropole ultime. Célestopol, où à chaque coin de rue, la magnificence de ses merveilles architecturales rivalise avec l’éblouissement que provoquent ses automates affectés à mille et une tâches. Célestopol et ses canaux de sélénium dont la brume mordorée baigne en permanence la lumière des réverbères. Célestopol, la ville sous dôme, le défi ultime de l’humanité lancé aux étoiles.

Continuer la lecture de « Célestopol de Emmanuel Chastellière »

Je suis aux Utopiales !

 

Vous me cherchiez ? Je ne suis pas là! Je suis à Nantes aux Utopiales 😀

Toutes les infos c’est par là.

C’est parti pour 5 jours de folies, avec des conférences à vouloir un retourneur de temps, des expos, des films, des mangas, des jeux et plein plein plein d’auteurs!!!!

 

Alors en vitesse, une petite préselection du programme :

Mercredi 1er novembre

10h00 : Conférence : Peut-on voyager dans le temps ?

11h00 : Le post-apocalyptique : quelle fascination chez les auteurs ?

12h00  :Un déjeuner post-apocalyptique

 

 

Jeudi 2 novembre

10h00 : Rencontre avec Emma Newman

12h00 : L’auteur et son ombre : Guy Gavriel Kay et Mikaël Cabon

16h00 : L’univers et après, ou avant ?

19h00 : Pour une ébauche de xénoarchéologie

 

Vendredi 3 novembre

11h00 : No future & steampunk

15h00 : Perception du temps chez les animaux, les humains et les aliens.

16h00 : La méthode scientifique

20h30 : Big bang

 

Samedi 4 novembre

le matin : Etats généraux de l’imaginaire

14h00 : La femme est-elle l’avenir du space opera ?

L’après midi se gerera un peu en fonction de la foule 😉

20h00 : Remise des prix

 

Dimanche 5 novembre

10h45 : It’s such a beautiful day (film)

14h00 : Fake news et légende urbaine

 

Bien entendu, comme toujours, ce programme ne sera surement pas respecté.

 

Quelques livres que j’ai dans le colimateur et qui finiront dans ma bibliothèque (liste à enrichir, bien sûr).

Mes vrais enfants de Jo Walton

ID :

Auteur : Jo Walton – Traductrice : Florence Dolisi – Editions Denoël, collection Lunes d’encre – Parution : 19/01/2017 – 352 pages – Prix :  22.50 € – Genre : Science-Fiction, Uchronie

 

Quatrième de couverture :

Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès ? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.

 

Mon avis :

Depuis le buzz provoqué par Morwenna dans la communauté des blogueurs de SF, je suis de près les sorties en France de Jo Walton. J’ai apprécié jusqu’à présent mes lectures (Subtil changement T1, T2 et T3), mais souvent avec un je ne sais quoi qui me chagrinait dans la narration. Alors, non, je ne suis pas masochiste, mais Mes vrais enfants étant annoncé comme le livre à lire de Jo Walton, il fallait que je le vérifie.

Je vous l’annonce tout de suite (pas de suspens), voilà mon livre préféré de l’auteur. Sa construction est assez étrange, puisqu’à partir d’un micro-récit de départ, celui d’une femme âgée en maison de repos, qui perd la tête, deux versions distinctes de son passé vont nous être narrées. Les deux sont uchroniques, elles divergent avec la réalité historique, mais de façon différente. L’auteur nous propose donc deux vies différentes pour la même personne. Une vie épanouie, mais avec un monde qui s’écroule, une vie bien moins heureuse dans un cadre plus optimiste.

Ce récit est vraiment surprenant par sa forme. Je ne me rappelle pas avoir lu quelque chose comme cela auparavant. En plus, le ton un peu trop gentillet de ses précédents romans a disparu, exit ce qui me dérangeait. L’auteur nous présente une femme forte, malmenée par la vie, quelle qu’elle soit. Dans ses deux vies, elle devra se battre pour ses droits, nous rappelant que les droits des femmes sont assez récents et parfois précaires.

Mais indépendance, ne veut pas dire renier la famille ou les enfants. Ceux-ci ont une place prépondérante dans ce récit, ce qui est encore une originalité. De même, l’auteur souligne avec justesse les difficultés de la prise en charge des parents âgés.

Pour conclure, ce livre est très surprenant par la gravité des thèmes abordés, mais tout en légèreté, la justesse des mots, le rythme qui fait défiler les pages, la présentation de la femme sous toute ses coutures. Une lecture intéressante et enrichissante.

  

D’autres avis chez : Nanet, Lune, Lorhkan, Xapur, Vert, Rose

 w

Le Chaos en marche, tome 1 : La voix du couteau de Patrick Ness

ID :

Auteur :  Patrick Ness –  Traduction : Bruno Krebs  –  Editions Folio (SF) – Parution : 16/10/14 – 544 pages – Prix : 8.70 € – Genre : Science-fiction

 

Quatrième de couverture :

C’est l’année de ses treize ans et, dans un mois, Todd Hewitt va devenir un homme. Il est le dernier garçon de Prentissville. Cette ville de Nouveau Monde est uniquement peuplée d’hommes. Depuis longtemps, toutes les femmes et les enfants ont disparu. A Nouveau Monde, chacun peut entendre les pensées des autres, qui circulent en un brouhaha incessant, le Bruit. Nul ne peut échapper au Bruit, nulle part, jamais…

 

Mon avis :

Je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ce livre. Certes, il m’avait été chaudement recommandé et j’avais déjà lu un livre de l’auteur (Quelques minutes après minuit), mais pas du tout dans le même registre. La quatrième de couverture est lapidaire, ce qui est aussi bien. Donc une grande surprise et une très bonne.

L’histoire commence assez banalement avec la journée de travail du jeune Todd Hewitt, dans une colonie établie il y a un peu plus de 20 ans sur une autre planète, Nouveau Monde. Les hommes sont passés des vaisseaux spatiaux à une agriculture de subsistance, jusqu’ici c’est plutôt classique. S’il n’y avait le bruit. Ce bruit perpétuel, issu des pensées des hommes, mais aussi des animaux. Todd vit dans un village sans femme, car on lui a dit que le virus du bruit les avait tuées. Une chose assénée avec tant d’autres. Mais Todd, malgré lui, va découvrir la vérité. Je n’ai pas envie de vous en dire plus, car la surprise est un facteur de plaisir pour moi lors de la lecture. Une histoire de survie va débuter, d’amitié, d’apprentissage de la vie. Devenir adulte n’a ni rien de simple ni d’amusant à Nouveau Monde.

Difficile d’appréhender ce bruit au départ, mais l’auteur trouve vraiment les mots justes et la typographie, qui permettent au lecteur de l’imaginer. La façon de parler des personnages permet également de se plonger dans l’ambiance de ce nouveau monde. Cette écriture particulière peut peut-être gêner le lecteur au départ, ce ne fût pas le cas pour moi. Elle m’a vraiment plongée dans la vie de Todd.

Todd est attachant comme personnage. Il se retrouve au milieu d’une histoire qui le dépasse, mais reste un « bon gars ». Il y a d’autres personnages très intéressants dont je vous laisse la surprise. Des vrais méchants, des fous de dieux qui font peur. Toute une panoplie bien utilisée, bien amenée.

Pour conclure, cette lecture s’est avérée surprenante et très prenante. Je suis ravie d’avoir débuté cette trilogie et j’ai hâte de découvrir les tomes suivants. L’histoire est originale, bien racontée, bien menée. En bref, je vous en conseille la lecture.

« Le Bruit, c’est du bruit. Ça craque et ça crépite et ça finit généralement par une grande purée de sons et de pensées et d’images, et la moitié du temps, impossible d’y comprendre quelque chose. L’esprit des hommes est rien qu’un fouillis et le Bruit, c’est comme la version active, respirante de ce fouillis. C’est ce qui est vrai et ce qui est cru et ce qui est imaginé et ce qui est rêvé, et ça dit une chose et son contraire total en même temps, et même si la vérité s’y trouve forcément, comment faire la différence entre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas quand vous captez tout, absolument tout ? Le Bruit, c’est un homme non filtré, et sans filtre, un homme, c’est rien qu’un chaos sur pattes. »

D’autres avis chez : Sia, Zina, Ptitetrolle, Blackwolf, Nanet, La tête dans les livres...

Thème 2 : un titre qui fait peur N