féminin – Les lectures de Mariejuliet

Challenge SFFF au féminin : bilan

Le 8 mars 2014 Tigger Lilly  lançait le challenge SFFF au féminin. J’avais été inscrite d’office, mais volontaire.

L’objectif  était de lire des romans de SFFF (en bref : Science-Fiction, Fantasy et Fantastique) écrits par des auteurs féminins (des auteures ou des écrivaines, quoi) du 8 mars 2014 au 8 mars 2015.
Voici mon bilan de chroniques, sachant que je n’ai pas chroniqué toutes mes lectures. 
  1. L’ouvreur des chemins, Laurence Suhner;
  2. La Fille-Sortilège, Marie Pavlenko
  3. Engels Düster 1.0 de Helka Winter 
  4. L’opéra de Shaya, Sylvie Lainé
  5. Keleana l’assassineuse 1, Sarah J. Maas
  6. Ne me touche pas (Insaisissable1), Tahereh Mafi
  7. Perception (Esprits infinis 1), Adeline Dias
  8. Les ailes brisées de Marie Liondor
  9. Pickwik, tome 1 : Le Vers Galant de Eva Giraud
  10. De l’autre côté du mur, Agnès Marot
  11. La croisade des Carpates (Les sept portes de l’apocalypse 1), Vanessa et Diana Callico
  12. L’héritière, Jeanne A-Debats
  13. Rouge sang noir magie, Jaye Wells
  14. Morwenna, Jo Walton
  15. Etiquette & Espionnage (Le Pensionnat de Mlle Géraldine, 1), Gail Carriger
  16. Feed, Mira Grant
  17. Traque blanche (Half Bad 1) de Sally Green
  18. Métamorphoses de Samantha Bailly
  19. Zombie thérapie, tome 2 : Zombie Business de Jesse Petersen
  20. Les Outrepasseurs, tome 1 : Les héritiers de Cindy Van Wilder

Les Outrepasseurs, tome 1 : Les héritiers de Cindy Van Wilder

ID :

Auteur : Cindy Van Wilder – Editions : Gulf Stream  – Parution : 06/02/2014 – 350 pages – prix : 18 € – genre : Urban Fantasy, young adult

 

Quatrième de couverture:

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

– Nous ?

– Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…

 

A la sortie de ce livre, j’étais tombée en arrêt devant la magnifique couverture. Mais n’en sachant pas plus, je n’avais pas franchi le pas de l’achat. Depuis, il a reçu le Prix Imaginales Jeunesse en 2014 et a également été sélectionné pour de très nombreux autres prix…. et sa lecture a été validée par des blogueuses de confiance.

Mon ressenti :

Je n’ai lu aucun résumé du livre, ni la quatrième de couverture, la découverte a donc été totale, ce qui était très bien. Tout commence de nos jours, avec Peter un lycéen londonien qui rentre chez lui. Le calme ne durera pas plus de cinq pages, car très vite sa vie est transformée. Il découvre d’étranges pouvoirs à sa mère et se retrouve héritier d’un lourd secret. Mais si l’histoire commence avec Peter, nous allons passer la majeur partie du temps avec ses ancêtres, en France, au moyen âge. Nous allons découvrir la confrontation entre humains et fés (pas les jolies fées avec des petites ailes, plutôt celles des contes, qui font peur et qui mangent les promeneurs égarés), qui a des répercussions encore de nos jours sur Peter et Les Outrepasseurs.

J’ai trouvé la succession entre passé et présent bien menée, le retour au présent ponctuant l’histoire lui redonnait du dynamisme. Une alternance très bien vue, même si, j’aurais souhaité passer plus de temps au présent, l’histoire du passé s’avérant un peu longue parfois. Le texte est très agréable à lire et pour qu’il soit accessible à des lecteurs juste un peu plus jeunes, il y a des notes de bas de pages explicatives (il y aussi une note un peu sadique de l’auteur puisqu’elle nous renvoie au tome 2!).

Même si on le voit peu, mon personnage préféré est Peter, un adolescent presque comme les autres, qui est très perturbé par ce qu’il découvre. J’ai moins accroché avec ses ancêtres, peut-être parce que leur mode de vie, de penser, est très éloigné de notre présent.

Au final, ce premier tome s’avère être une introduction au monde des Outrepasseurs,. Les bases sont posées, les origines expliquées …. mais le présent reste totalement mystérieux. Coup de chapeau à Cindy Van Wilder, qui m’a fait apprécier Peter, alors qu’au final ce tome parle bien peu de lui. Une chose est sure, quand on referme le livre, on n’a qu’une envie, connaître la suite !

 

D’autres avis chez : Lelf, PtitetrolleMarmottePhooka, Sia

n°2 n°13

n°20 n°5

Métamorphoses de Samantha Bailly

ID :

Auteur : Samantha Bailly – Editions : Bragelonne – Parution : 19/11/2014  – 550 pages – prix : 25 € – genre : Fantasy

 

Quatrième de couverture :

Dans la cité de Lyneroy, les commerces éclatants cohabitent avec les plus sombres marchés noirs…

Sonax a treize ans lorsque sa vie bascule. Jeune garçon androgyne destiné à suivre une voie marchande, il quitte tout pour le théâtre solaire, un lieu où il se découvre une nouvelle famille. Mais derrière la scène, entre faux-semblants et jeux de pouvoir, la réalité d’Hélderion n’a rien à envier aux drames qui se jouent sur les planches. Il ignore alors à quel point il va devoir apprendre à jouer un rôle en permanence, en découvrant les dangereuses coulisses de la cité la plus riche du royaume. Entraîné dans des intrigues politiques qui le dépassent, il sera changé en polymorphe, un être capable de modifier son apparence à volonté…

Car quel acteur n’a jamais rêvé de contrôler l’histoire au gré de ses métamorphoses ?

 

Je n’avais lu que des nouvelles de l’auteur, que j’avais bien aimées. J’avais entendu beaucoup de bons retours et fini par acheté Oraisons, que je n’ai pas encore commencé. Grâce à Livraddict et aux Editions Bragelonne, je me suis lancée et j’ai lu le dernier roman de Samantha Bailly, qui se déroule dans le même univers qu’Oraisons.

 

Mon ressenti :

On peut clairement scinder l’histoire en trois parties. Certes cela est rendu très facile par le découpage du livre en trois actes (comme au théâtre), mais même sans cela, les césures sont évidentes tant par le sujet, que l’ambiance des différents récits ou l’écriture.

Le début de l’histoire va nous présenter l’enfance/adolescence du héros Sonax. Le récit est très facile à lire et entraîne le lecteur. J’ai apprécié cette lecture tout en me demandant comment cela allait évoluer. Cela ressemblait à un livre pour adolescent, bien ficelé, agréable à lire, mais pas vraiment révolutionnaire, une fois que l’on avait découvert le monde d’Hélderion .

Quelle ne fût pas ma surprise, en débutant la deuxième partie ! Celle-ci est très noire et injuste. Le héros et ses amis, qui semblaient bien sous tous rapports, se révèlent avec leurs défauts et leur vices. L’auteur nous entraîne dans les bas fonds de la cité de Lyneroy. Toutes les certitudes que le lecteur a pu acquérir durant la première partie sont retournées J’ai trouvé cela très bien fait et je ne l’ai pas vu venir ! Je tire mon chapeau à Samantha Bailly pour m’avoir ainsi roulé dans la farine. La couverture prend toute sa signification dans cette partie.

La troisième partie sera celle du dénouement. La fin arrive un peu rapidement avec des nouveaux personnages à peine dévoilés, n’ayant pas lu Oraisons.

Le personnage principale est très intéressant. Durant toute l’histoire nous allons le voir grandir, évoluer. Le gentil garçon, candide, de la première partie, que l’on ne peut qu’apprécier, devient un être ambivalent, manipulateur, en tant que trafiquant d’objet interdit dans la partie deux. Difficile alors de continuer à l’adorer et à lui souhaiter le meilleur. Enfin, dans la troisième partie, le temps de l’émancipation est venue, ainsi que du rachat moral (ceci dit cela ne changera pas la vie des personnes que Sonax a pu abandonné ou trahir). De nombreux personnages secondaires l’entourent et ont également une personnalité riche.

Au final, j’ai été emportée par ma lecture. Quand j’ai cru m’être forgée une opinion du genre « pas mal mais sans plus », l’auteur a complètement rebattu les cartes avec réussite pour proposer un récit plus profond et trouble (une métamorphose du texte). Je n’ai plus le choix je dois absolument lire Oraisons.

 

D’autres avis chez : Amarüel, Ptitelfe

n°18  n°5

Zombie thérapie, tome 2 : Zombie Business de Jesse Petersen

ID :

Auteur : Jesse Petersen – Editions : Milady – Parution : 23/09/2011 – 281 pages – prix : 6,10 € – genre : SF, chick-lit

 

Quatrième de couverture :

Tout ne va pas si mal pour Sarah et David.
Leur mariage se porte mieux que jamais, ils ont même monté leur petite entreprise d’extermination. Le marché est florissant : plein de zombies et donc plein de clients désireux de s’en débarrasser ! Sauf que… le cours du zombie s’affole quand certains s’avèrent plus difficiles à zigouiller. Une mutation ? Ce serait le début de la crise pour Sarah et David.
Les zombies, ça oblige à se creuser la tête !

 

Après avoir lu le tome 1 qui m’avait bien fait rire, j’étais bien décidé à poursuivre la série. En conséquence voici le tome 2.

Mon ressenti :

Le début du livre nous remets en tête la situation, à savoir : il y a des zombies un peu partout, la vie des humains se déroule dans un environnement post-apocalyptique (en plus des zombies il faut faire face au résultat d’une politique d’éradications des zombies à coups de missiles, assez désastreuse), Sarah et David subviennent à leur besoin en tuant des zombies. D’ailleurs c’est grâce à cette apocalypse zombie que leur couple s’est recollé (cf. le premier livre). Le ton est donné, ici, les zombies c’est une histoire de couple. Cette fois-ci en plus des zombies (combien de fois vais-je le mettre dans ma chronique…) apparaissent des supers zombies. Nos professionnels de la dézombification vont mener l’enquête.

Comme pour l’opus précédent, ça se lit tout seul. Il n’y a pas de grandes réflexions, mais c’est très bien mené et c’est tout ce que l’on demande à ce livre.

Les personnages tiennent à peu près bien la route, sauf pour la scène de ménage entre Sarah et David, qui me semble inadaptée vu le risque de morsure ambiant. Ceci dit, malgré les zombies, la vie continue et peut-être tous ses petits tracas aussi.

Au final, une lecture pas prise de tête, très marrante et qui fait passer un bon moment. Seul regret : la série a été arrêtée chez l’éditeur français.

 

D’autre avis chez : Lune, Mutinelle… 

 n°23 n° 8

n°19 n° 4

Half Bad, tome 1 : Traque blanche de Sally Green

ID :

Auteur : Sally Green  – Editions : Milan – Parution :  24/09/2014  – 382 pages – prix : 16,90€ – genre : fantastique, jeunesse

 

Quatrième de couverture:

Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.

 

Voilà un livre qui a fait le buzz lors de sa sortie, à grand renfort de campagne promotionnelle. J’étais plutôt curieuse de le découvrir et j’ai eu la chance de le gagner sur le blog de Karline. La proposition d’une lecture commune dans le cadre du challenge jeunesse et young adult m’a motivée et hop! Voilà mon avis.

Mon ressenti :

La couverture du livre est très bien faite, elle donne envie de découvrir l’histoire de la personne enfermée, dont la main agrippe un grillage. Je n’ai pas été déçue, car dès le livre ouvert, l’auteur nous plonge dans le quotidien de Nathan, enfermé dans une cage. Pourquoi? Nous ne le découvrirons que bien plus tard. Ce début d’histoire pose beaucoup de question : qui est Nathan? Quels sont ses pouvoirs? Comment est-il arrivé dans cette cage? Tout cela m’a profondément intriguée et m’a donné envie de découvrir les réponses.  J’ai donc été entraînée par le récit. Après un début en fanfare, retour en arrière par flash-back pour apprendre l’histoire de Nathan. Complot, actions… l’histoire s’accélère et la vie de Nathan se complique pour arriver à la cage et à après. La fin est arrivée bien trop vite à mon goût, avec quelques éléments un peu précipité. si j’avais eu le tome 2 sous la main, j’aurais enchaîné.

Le récit est haché, donnant un rythme particulier au récit. Je trouve qu’il correspond au caractère de Nathan, un peu brut de décoffrage. La lecture est assez facile, mais bien écrite. Un bon accord pour de la littérature jeunesse/young adult. J’ai lu ce livre à un moment où j’avais besoin d’une lecture légère et cela correspondait parfaitement.

Nathan me fait penser à un chat de gouttière. Il a reçu beaucoup de cailloux et il est difficile de l’apprivoiser. La vie ne lui laisse pas beaucoup de choix et je la trouve tout bonnement injuste. L’histoire peut donc s’avérer difficile à lire pour les plus jeunes, car le pauvre Nathan n’est pas épargné, que ce soit physiquement que psychologiquement. Les autres personnages tiennent plutôt bien la route, sauf celui d’Annalise à la fin du livre. Ce qui lui arrive ne semble pas très cohérent et un peu bâclé.

Au final, une lecture récréative et assez facile à lire. L’histoire est très intéressante et présente une vision de la magie et des magiciens originales. Cependant il y a quelques couacs dans le récit.

 

 Lecture commune avec : Acro, Chani. D’autres avis chez : Mutinelle, Karline

Et toutes les informations sur le site internet dédié.

n°4 n°17 n°60