Testament, tome 3 : Humain.e.s, trop humain.e.s de Jeanne-A. Debats

ID :

Auteur : Jeanne-A. Debats – Edition ActuSF-  Parution : 16/11/2017 –  480 pages – Prix :  19€ – Genre : urban fantasy

 

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Agnès Cleyre et je suis une sorcière. Une vraie cette fois. Ignorée durant toute mon existence par mes consœurs, voilà que la Grande Mère a enfin décidé de m’intégrer dans un convent. Mais pas le temps de m’interroger sur cet étrange revirement de situation. Au même moment, tous les vampires du Cénacle Majeur viennent de périr dans un mystérieux attentat, laissant à l’étude notariale de mon oncle la délicate question de la succession à régler et la garde d’un étrange coffre qui attire bien des convoitises. Serait-ce à cause de lui d’ailleurs qu’une pieuvre géante de l’espace s’est mise en tête de nous rayer de la surface de la Terre ?

Ma parole, tout l’AlterMonde semble devenir fou au même moment. Il ne manquerait plus que la fin du monde…

Continuer la lecture de « Testament, tome 3 : Humain.e.s, trop humain.e.s de Jeanne-A. Debats »

Célestopol de Emmanuel Chastellière

ID :

Auteur : Emmanuel Chastellière – Couverture : Marc Simonetti – Edition de l’instant –  Parution : 30/05/2017 –  342 pages – Prix : 22.50 € – Genre : steampunk,  nouvelle, SF

 

Quatrième de couverture :

Célestopol, la cité lunaire, la perle de l’Empire Russe, la ville de toutes les démesures, où toutes les technologies de ce XXème siècle naissant se combinent pour créer la métropole ultime. Célestopol, où à chaque coin de rue, la magnificence de ses merveilles architecturales rivalise avec l’éblouissement que provoquent ses automates affectés à mille et une tâches. Célestopol et ses canaux de sélénium dont la brume mordorée baigne en permanence la lumière des réverbères. Célestopol, la ville sous dôme, le défi ultime de l’humanité lancé aux étoiles.

Continuer la lecture de « Célestopol de Emmanuel Chastellière »

Chronique du tueur du roi, tome 2 : La Peur du sage, partie 2 de Patrick Rothfuss

ID :

Auteur :  Patrick Rothfuss   – Traduction : Colette Carrière – Couverture : Marc Simonetti – Edition Bragelonne – Parution : 21/06/2013 –  624 pages – Prix : 25 € – Genre : Fantasy

 

Quatrième de couverture :

J’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.

Dès l’enfance, Kvothe a connu un destin d’exception. Mais même aux heures les plus sombres, jamais il n’a cessé de chercher les réponses. De se révéler au monde à travers le chant de la magie. Aujourd’hui, il est à l’orée du chemin terrible et fabuleux qui fera de lui un héros…
Quel est le prix à payer lorsqu’on devient une légende de son vivant ?

Mon avis :

Souvent quand j’adore un livre, lors de sa chronique, je m’interroge : « mais pourquoi ne l’ai-je pas lu plus tôt? ». Là, je le sais très bien, c’était pour faire durer l’histoire, attendre la suite qui n’est toujours pas publiée. Et j’ai vraiment attendu, cela fait deux ans  et demi que j’ai lu la partie 1 de cette journée 2… ( et ici la journée 1).

Du coups mes souvenirs de poisson rouge étaient un peu lointain. Mais je m’y suis vite retrouvé dans le récit de Kvothe. J’avais juste oublié qu’il n’était plus à l’université (oups). Au fur et à mesure de son récit, le lecteur découvre de nombreux éléments qui ont participé à créer la légende de Kvothe. Il faut dire qu’il ne chôme pas entre rencontre avec les faes et apprentissage d’une sorte d’art martial. On se laisse porter par les histoires et on arrive malheureusement bien vite à la fin. Qui n’est qu’un début au final. ARGHHHH mais que va-t-il se passssseeerrr? La suite à la troisième journée.

Une fois de plus j’ai succombé à la magie de l’écriture de Patrick Rothfuss. J’ai du mal à la décrire, ce que je sais, c’est qu’elle me plaît à 100%. Elle est poétique, tout en étant suffisamment dynamique pour me tenir en haleine. Ses descriptions sont riches et captivantes.

Kvothe, lors de ce récit, passe de l’adolescence à l’âge adulte. Il découvre de nouveaux horizons, d’autres peuples, d’autres coutumes, qui l’enrichissent. Sa personnalité reste encore assez simple, bien loin de celle de Kote l’aubergiste, dont on peine à comprendre les objectifs. Dans les voyages narrés dans cette deuxième journée, il ne sera pas seul. La diversité des personnages qui l’accompagne, est un régal. Certains m’ont bien fait rire dans leurs comportements.

Pour conclure : j’ai adoré et je veux la suite !!! En attendant, j’ai envie de relire les précédents tomes.

« Ce sont les questions auxquelles on ne peut pas répondre qui sont les plus enrichissantes. Elles nous apprennent à réfléchir. Si vous donnez une réponse à un homme, il n’y gagne pas grand-chose. Mais donnez-lui une question et il cherchera ses propres réponses. »

« C’est ça, le luxe de regarder en arrière. Tu peux refaire l’histoire à l’infini et ça ne sert à rien. »

D’autres avis chez : Blackwolf, Sia, Acro

Thème 2 lettre R

Les seigneurs de Bohen de Estelle Faye

ID :

Auteur : Estelle Faye – Couverture : Marc Simonetti – Editions Critic – Parution : 02/03/2017 – 612 pages – Prix : 25  € – Genre : Fantasy

 

Quatrième de couverture :

Je vais vous raconter comment l’Empire est mort.

L’Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d’étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d’existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel.
J’évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers… Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte.
Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra.

Mon avis :

Ahhhh, la plume d’Estelle Faye….comment vous en parler ? Un éclat de givre fût un réel coup de cœur, je ne pouvais juste pas louper son nouveau roman pour adulte, Les seigneurs de Bohen, proposé dans le cadre du « mois de ». Et dès les premiers mots, je me suis retrouvée embarquée dans un grand voyage.

Le lecteur peut être un peu perdu au départ, mais c’est pour mieux se délecter des  différents récits, qui vont se rejoindre pour créer un tout cohérent. Chevalier errant, monstres variés, bonne sœur, mercenaires, métamorphes, sorcières…. on a droit à tout et j’adore ça ! Quel plaisir de rencontrer autant de bestioles en plus des humains et associés. Je n’ai pas envie de vous en dire plus car déjà l’histoire est très riche, il y a des rebondissements, des secrets. Je préfère que vous gardiez la surprise sur cette histoire qui vous tiendra en haleine jusqu’à la fin (avec peut-être un petit coup de mou vers les deux-tiers, mais vraiment tout petit). On ne sait jamais où l’auteur va nous emmener, d’ailleurs elle a gardé une fin assez ouverte, laissant place à la spéculation et à la réflexion. Sur le coups cette fin m’a d’ailleurs parue assez abrupte, après la richesse du récit.

On reconnaît la plume d’Estelle Faye par sa poésie, sa richesse. Mais aussi par les personnages qu’elle dépeint, un peu cassé, un peu fêlé et toujours passionnant à suivre.
Cette galerie de personnage est sans doute la plus grande richesse de cette histoire. L’auteur partage tout avec nous : leurs amours, leurs pensées, leurs états d’âme, leurs espérances… bien entendu, pour que ce soit passionnant, ces personnages n’ont rien d’anodin. Mon cœur balance entre Saint-Etoile, chevalier errant affublé d’une étrange compagnie, qui fût prédicateur dans l’une de ses nombreuses expérience passée et Maëve la morguenne, avide d’océan. Mon seul regret, ne pas savoir ce qu’ils vont devenir.

Pour conclure, je me suis régalée lors de cette lecture. La richesse du bestiaire, des histoires, des lieux, des personnages, liés d’une main de maître et avec délicatesse m’ont charmée et transportée sur d’autres rivages.  J’ai été triste de quitter cet univers, seul reproche que je ferai à l’auteur.

 

D’autres avis chez : Licorne, Blackwolf, Phooka, Dup, Celindanaé

 

Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent Del Socorro

 ID :

Auteur : Jean-Laurent Del Socorro –  Editions ActuSF – Parution : 06/03/15 – 288 pages – Prix : 18€ – Genre : fantasy, historique

 

Quatrième de couverture :

1596. Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi. À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme. Les pions sont en place. Le mistral se lève. La pièce peut commencer.

 

Mon avis :

Des fois, on entend tellement de bien d’un livre qu’on est un peu inquiet en le commençant, trop d’attente peut tuer un livre. Ici il n’en fût rien, mes attentes ont été largement récompensées !

Pour une fois, je commencerai par parler de l’écriture de l’auteur. J’ai beaucoup aimé la narration au présent, qui dynamise le récit. Les chapitres sont courts et s’enchaînent avec un rythme enlevé. Cela changeait vraiment de mes dernières lectures, et avait comment un petit goût de fraîcheur très agréable.

Le cadre m’a également sorti de mes habitudes. L’histoire prend place pendant la république de Marseille et j’avoue que cette période historique m’était inconnue. J’ai vraiment apprécié ce cadre « réel » augmenté par un peu d’artefact de fantasy, avec les artbonniers et leur magie.  Le tout se mêle très bien et donne un fond passionnant pour une histoire pleine de combats, d’intrigues, de meurtres, de politiques, d’amour. L’auteur alterne entre les souvenirs et le présent, ce qui permet de découvrir individuellement l’histoire de chaque personnage, tout en gardant le suspense sur ce qui se passe à Marseille en 1596. Il arrive à nous tenir en haleine jusqu’à la fin, qui arrive bien trop rapidement.

Ces personnages plein de gouaille et de caractère sont également l’une des grandes richesses de ce roman. On va suivre leur histoire personnelle, puis, le lecteur va les voir s’entremêler afin de former une histoire riche en rencontres. Une mention spéciale pour Axelle, qui change de beaucoup d’héroïnes rencontrées lors de mes lectures. Cette mercenaire tente comme elle peut d’être une mère et une aubergiste, alors qu’elle n’aspire qu’à retourner au combat. J’aurai aimé en apprendre plus sur elle, comme pour la majorité des personnages. Je suis d’ailleurs ravie que l’auteur nous ai gratifiés d’une nouvelle sur Gabin. Elle est très touchante, juste parfaite.

Pour conclure, j’ai tardé à lire ce livre, alors ne faites pas comme moi, lisez-le dès à présent. Vous passerez un très bon moment, tout en apprenant plein de choses. En plus, c’est un one-shot, donc pas de suite à attendre ou de série interminable, quoi que … j’en redemande, moi !

 

« Le passé. On voudrait l’oublier mais lui ne nous oublie pas. On sait qu’on ne peut pas le changer, qu’il est trop tard et pourtant on espère qu’il s’effacera un jour. On comprend finalement que la seule façon de le supporter c’est de vivre avec lui. »

« C’est d’un ridicule ! C’est comme si je disais que notre bon pape était en réalité le chef d’une secte de riches commerçants et de familles de nobliaux qui s’élisent cardinaux entre eux pour manipuler les Rois d’Europe depuis le Vatican. « 

D’autres avis chez : Blackwolf, Sia, Xapur, Rose, LicorneLorkan, PtitetrolleLune, Dionysos, Bouddica, Lhisbei, Shaya, Julien

Fantasy n°2 thème 1  D