Kabu Kabu de Nnedi Okorafor

ID :

Auteure : Nnedi Okorafor-  Couverture : Katarzyna Wimanska – Traduction : Patrick Dechesne- Les éditions de l’instant –   Parution :  01/05/2018 –  357 pages – Prix : 25 €– Genre : SFFF, afrofuturisme

Quatrième de couverture :

Au bord d’un pipe-line, une jeune femme joue de la guitare pour un zombie d’un genre particulier. Dans un village nigérian, deux soeurs investissent une maison que leurs parents ont fait construire mais qui, curieusement, n’est pas meublée. Au lieu de l’amener à l’aéroport, un chauffeur de kabu kabu, ces taxis clandestins qui hantent les rues de Lagos, emmène sa cliente au coeur des légendes africaines. Sur la côte de Calabar au début du vingtième siècle ou sur l’étrange planète Ginen, Arro-yo est une coureuse de vents, obligée de se battre pour exister malgré sa chevelure qui la désigne aux autres comme maudite

Continuer la lecture de « Kabu Kabu de Nnedi Okorafor »

Le chat noir d’Edgar Allan Poe

Aujourd’hui dans le cadre du challenge d’Halloween la thématique proposée est : Chats noirs. « Les chats noirs portent bonheur. La preuve les sorcières en sont accompagnées. »

L’occasion pour ouvrir le magnifique recueil d’Edgar Allan Poe : Les contes macabres, illustré par Benjamin Lacombe.

Pour ne pas frissonner d’angoisse je préfère lire ces nouvelles à petite dose.

Il est très difficile de vous parler du génie de Poe, il parle de la noirceur humaine avec beauté, rend presque élégant le macabre, le tout dans une ambiance  glauque. Le personnage principal incarne la bonté au début du récit pour finir par être un infâme meurtrier, nous allons le suivre dans sa dégringolade au fur et à mesure du récit. Point de happy end, car si le méchant est attrapé il a déjà accompli bien des méfaits.

Le texte est superbement illustré par Benjamin Lacombe. Les images nous plongent en plein XIXème siècle.

Dans un autre genre, il y a les illustrations de Gris Grimly. elles valent égalment le coup, mais dans un tout autre registre.

C’est fou comme ces illustrations différentes donnent l’impression de lire deux textes différents…