Le livre perdu des sortilèges, tome 2 : L’école de la nuit de Deborah Harkness

ID :

Auteur : Deborah Harkness   –  Traduction : Pascal Loubet  – Edition Le livre de poche – Parution : 04/09/2013 – 923 pages – Prix : 9.31€ – Genre : historique, fantastique

 

Quatrième de couverture :

L’historienne Bishop, issue d’une lignée de sorcières puissantes et le vampire Matthew Clairmont ont violé les lois de séparation des créatures. Lorsque Diana a découvert un manuscrit alchimique magique à la Bodleian Library, elle a déclenché une lutte dans laquelle elle est devenue liée à Matthew. Maintenant la coexistence fragile entre sorcières, démons, vampires et humains est dangereusement menacée.
Cherchant la sécurité, Diana et Matthew ont voyagé dans le temps pour se retrouver à Londres, en 1590. Mais ils réalisent vite que le passé n’est un havre de paix. Retrouvant son ancienne identité en tant que poète et espion de la reine Elizabeth, le vampire retombe avec un groupe de radicaux connus sous le nom de l’École de la Nuit. Beaucoup sont des démons rebelles, les esprits créatifs de l’âge, dont le dramaturge Christopher Marlowe et mathématicien Thomas Harriot.
Ensemble Matthieu et Diana chercheront le Londres des Tudor pour trouver le manuscrit insaisissable, l’Ashmole 782, et la sorcière qui va enseigner à Diana comment contrôler ses pouvoirs remarquables.

 

Mon avis :

Après quelques recherches, j’ai retrouvé que ma lecture du tome 1 remontait à fin 2014 ! Ça commence à dater. J’avais bien aimé l’histoire même si la romance avait été un peu trop présente à mon goût. Le tome 2 sommeillait depuis, avec ses 900 pages, dans ma PAL. Ma binôme Gilsayan a eu la bonne idée de me le proposer dans le cadre du challenge Destockage de PAL en duo et je l’en remercie ! Ce fût une très très bonne idée. En effet, j’ai dévoré ce pavé.

Je n’ai pas eu de problème pour me replonger dans l’histoire, 2 ans après. Certes j’avais oublié que Diana et Matthew étaient partis dans le passé…Oui ce n’est pas un détail. Eh bien ça m’a fait une belle surprise.  Cette plongée dans le Londres de 1590 fût passionnante ! On y rencontre Shakespeare, la reine Elizabeth… et puis surtout plein de sorciers, de vampires ! J’ai vraiment  aimé l’ambiance qu’il y avait. Le récit est rythmé par la recherche de l’Ashmole 782, mais surtout par les activités du Matthew de l’époque. L’histoire avec ses multiples intrigues m’a tenue en haleine jusqu’à la fin ! Même la romance s’est bien mariée avec le tout.

Cette fois-ci l’auteur appuie moins sur le côté romance et nous fait partager toute sa connaissance de l’histoire de la magie. Elle nous plonge en plein XVIème siècle, on a l’impression de voir les passants, de sentir les odeurs….

Diana a toujours un petit côté godiche quand elle parle de son vampire, mais cela est contrebalancé par la force qu’elle gagne en apprenant à maîtriser ses pouvoirs. Ce tome propose de nouveaux personnages secondaires qui viennent animé le récit. Entre la famille de Matthew et les amis de l’époque, on est servi.

Pour conclure, j’ai adoré ma lecture et je n’ai pas vu passer les 900 pages. Une fois terminé, juste une envie, commencé le tome 3 ! tout est dit.

 

« – Le sexe et la domination. C’est ainsi que les humains modernes considèrent les relations avec les vampires, dis-je. Leurs histoires sont remplies de vampires dominateurs qui chargent les femmes sur leur épaule avant de les traîner à un dîner et de les séduire.
– Dîner et les séduire ? répéta Matthew, consterné. Tu veux dire… ?
– Oui-oui. Tu devrais voir ce que lisent les amies de Sarah au coven de Madison. Le vampire rencontre la fille, le vampire mord la fille, la fille est bouleversée de découvrir que les vampires existent vraiment. Peu après, il est question de sexe, de sang et de comportement surprotecteur. C’est même parfois assez explicite. ( Je marquai une pause. ) On ne se perd pas en câlins, dans ces livres, c’est certain. Je ne me rappelle pas qu’il y soit question de poésie ou de danse non plus.
– Je comprends pourquoi ta tante voulait savoir si j’avais faim. »

 

 

D’autres avis chez : Ptitetrolle, Lup’addict, Licorne, Mypianocanta

11 réflexions sur « Le livre perdu des sortilèges, tome 2 : L’école de la nuit de Deborah Harkness »

    1. C’est trop bizarre, j’arrive à la fin de ta chronique et je me dis « mais je crois que je l’ai déjà lue », mais je vois qu’il n’y a pas de com… ^^ Soit je l’ai lue et j’ai oublié de dire un mot, soit je yoyote du cerveau moi :p

      Bon Le livre perdu des sortilèges est dans ma PAL numérique. Il me tentait pas mal à l’époque où j’en ai fait l’acquisition et puis l’envie est passée face à l’affluence d’autres titres dans ma bibli :p Cela dit, ton enthousiasme ranime la flamme ^^
      Posté par Cera

      En fait tu avais poney… comme les messages d’alerte de canalblog
      Posté par Mariejuliet, lundi 03 juillet 2017 | Recommander Recommander | Répondre

      ahahahah, je viens de voir mon 1er com et du coup, ta réponse ici me fait éclater de rire :p (ça va je n’ai pas dit tout et son contraire en 2 coms :p )
      Posté par c’era una volta, mercredi 05 juillet 2017 |

      Tu es plutôt en cohérence avec toi-même

  1. J’étais tentée par cette série quand le premier tome est sorti (enfin je ne savais pas encore qu’il y aurait plusieurs tomes non plus). Il faudrait que j’aille revoir ton avis sur le premier pour voir si… De fait, pas facile de se lancer dans du 900 pages quand t’as été refroidie par le premier! Félicitations.
    Mais du coup, motivée pour le 3!

  2. J’ai adoré la trilogie, et ce tome en particulier !!! Viiiiiiiite, jette toi sur le troisième, la fin est géniale !!! Et puis ne serait-ce que pour Gallowglass… tu ne le regretteras pas

  3. C’est vrai que le voyage dans le passé rajoute vraiment de l’intérêt à la lecture, j’aime bien pouvoir m’instruire grâce à de la fiction, c’est toujours plus agréable que de lire des livres d’Histoire.
    Je n’avais pas remarqué par contre que Diana idéalisait tant que ça Matthew quand elle en parlait, je crois que j’étais beaucoup plus focalisée sur la découverte de ses pouvoirs magiques que j’avais trouvé passionnante, et puis je suppose que c’est une chose assez normale pour une femme amoureuse.
    En tout cas je suis contente que ça t’ai autant plu !

    1. Il m’ a vraiment motivé pour lire le 3, contrairement au 1. là je n’ai pas vu passer les 900 pages. Merci à toi de m’avoir aider à le sortir de son étagère

  4. De mémoire, j’ai eu un peu de mal avec le début de ce tome qui ne m’avait pas séduit d’emblée comme le précédent. Mais une fois plongée dans le Londres de 1590, je l’ai dévoré aussi et j’avais trouvé que tout s’enchainait parfaitement. Le mieux étant quand même la découverte de ses pouvoirs par Diana.
    Je rigole en prime car j’ai aussi utilisé la citation que tu donnes dans un post à part

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :