Pornarina, La-prostituée-à-tête-de-cheval de Raphaël Eymery

 

ID :

Auteur :  Raphaël Eymery –  Edition Denoël, Collection Lunes d’encre – Parution : 01/06/2017 – 208 pages – Prix : 19 € – Genre : fantastique, thriller, gothique

 

Quatrième de couverture :

Depuis des décennies, Pornarina ensanglante secrètement l’Europe. Les rares à connaître son existence – les pornarinologues – l’ont surnommée la-prostituée-à-tête-de-cheval. Elle serait coupable de dizaines d’homicides.
À plus de quatre-vingt-dix ans, le Dr Blažek est un tératologue renommé. Il vit dans un château fort avec sa fille adoptive : Antonie, vingt-quatre ans. La jeune contorsionniste assiste le docteur dans sa traque obsessionnelle de Pornarina, mais s’éloigne bientôt de son père adoptif, rebutée par l’esprit communément pervers des pornarinologues.
Trouvera-t-elle son salut dans la mystérieuse figure de la-prostituée-à-tête-de-cheval?
Incroyable voyage au cœur d’une famille Addams européenne, comédie macabre qui ressuscite la grande tradition française du théâtre de Grand-Guignol, Pornarina séduit par son audace littéraire, sa constante inventivité, et explore, sur fond de guerre des sexes, le thème de la mythification des tueurs en série.

 

Mon avis :

Bon, voilà une chronique qui ne s’avère pas facile.  Appréciant ce qui est dark, un peu glauque, les encyclopédies sur les monstres… je me suis laissée tenter par ce livre, attirée par le synopsis.

Mais le synopsis est une chose, le livre une autre.  Le début répond à la promesse du freak-show, avec l’histoire du Dr Blažek, fils d’une sœur siamoise, photo de la/les maman(s) à l’appui. Son enfance dans les cirques et les foires, lui a donné le goût des monstres (monsieur est tératologue) et il se passionne pour Pornarina, une tueuse en série qui émascule ses victimes, avec les dents.  Si vous avez du mal à prononcer Pornarina, ne vous inquiétez pas, à la fin du livre cela se fera tout seul, tant son nom est cité (j’aurai dû faire un décompte). Ne vous attendez pas à suivre une enquête policière classique, les informations sur la dite tueuse seront distillées lors des rencontres des pornarinologues, spécialistes de ladite madame, plus ou moins sérieux, mais très crédibles. J’avoue que leurs débats ne m’ont pas passionnée.

Heureusement il y avait la fille adoptive du Dr, Antonie, que l’on va suivre dans sa transformation en tueuse en série. Ce personnage est assez étrange, sans émotion, un bon terreau pour devenir psychopathe.

Raphaël Eymery se fait plaisir en convoquant dans ce livre tous les personnages qui le fascinent (il y a même une sorte de Sherlock Holmes zombie), mais cette multitude finie par manquer de lien.

Je m’attendais, éventuellement, à être dérangée par ma lecture, être mal à l’aise, en découvrant les différentes déviances dont sont affublés les personnages (du genre celui qui prend son pied avec du sang…). Mais au final, je suis plutôt restée dubitative face à la présentation de toute cette érudition sur le domaine (certes j’ai appris des mots comme paraphilie).

Pour conclure, quand j’ai terminé ma lecture je n’arrivais pas à savoir ce que j’en avais pensé. Au final, je crois bien que je me suis ennuyée.

 

D’autres avis chez : Mes imaginaires, Gromovar

14 réflexions sur « Pornarina, La-prostituée-à-tête-de-cheval de Raphaël Eymery »

  1. 1- je trouve la couverture vraiment bien faite!
    2- même si ton avis penche vers un sentiment de lecture négatif, j’ai l’impression qu’il y a des choses assez intéressantes dans cette histoire et un personnage assez spécial pour retenir mon attention.
    3- Pornarina ce n’est pas difficile à dire :p un mixe de porn et narin-a :p (suis trop nulle)
    4- Bah et alors c’est quoi la paraphilie?

    1. La couverture est magnifique, j’adore le travail de Aurélien Police.
      Pour la paraphilie, google est ton ami :-p
      Posté par Mariejuliet, lundi 03 juillet 2017

      Ah non tu triches! J’attendais de toi une explication en bonne et due forme

      bon ze vais aller voir Google :p
      Posté par c’era una volta, mercredi 05 juillet 2017

      D’accord j’ai vu la définition ^^ me coucherai moins bête!
      Posté par c’era una volta, mercredi 05 juillet 2017

      Mouahahah :p
      Posté par Mariejuliet, mercredi 05 juillet 2017

  2. Au début de ma lecture, je me suis dit un peu la même chose. « Qu’est-ce que je vais pouvoir bien dire sur ce livre ? » Au final, j’ai passé un bon moment et je me suis laissé porté par son univers. Mais je comprend qu’on puisse totalement passer à côté.

  3. Pas assez lugubre, c’est ça ? Tu t’attendais à plus de glauquissime, et tu restes sur ta faim ? Pfff… Je comprends ça ! On n’est pas des pétochardes, namého !!! ;D

  4. Bon’ toi tu ne t’es pas éclatée mais moi je suis écoeurée par ce résumé. C’est plus qu’étrange mais finalement cela ne va pas au bout de sa promesse d’après ce que je comprends. Tu as raison, quitte à aller dans le glauque ou le dérangeant, autant aller au bout de son projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :