Demain, une oasis de Ayerdhal

ID :

Auteur : Ayerdhal –  Edition Au diable Vauvert collection Young Adult-   Parution :  22/10/2015  – 251 pages – Prix : 15€– Genre : Science Fiction- Grand Prix de l’Imaginaire 1993

Quatrième de couverture :

Il était moitié médecin moitié technocrate, à Genève. Il avait un nom. Il n’en a plus : on le lui a retiré un soir, avec le reste de son existence. Une limousine devant, une derrière, un coup de freins, des portières qui claquent, un pistolet-mitrailleur, deux baffes bien assénées, une cagoule, des jours dans une cave sous perfusion et somnifères… Normal pour un kidnapping !

C’est au réveil que ça commence à clocher, quelque part dans un désert africain, à côté d’un vieillard gravement gangrené, quand un commando humanitaire lui confie la responsabilité médicale du village dans lequel il l’abandonne…

Mon avis:

Je remercie Iténarasa qui m’a proposé de lire Demain, une oasis dans le cadre du Livra2 pour pal’addict. Il dormait depuis longtemps dans ma bibliothèque et je n’osais pas trop l’approcher. Ayerdhal, oui je n’avais pas encore lu de livre d’Ayerdhal et j’avais peur de me lancer. Peur de ne pas aimer, quelque part, peur d’être une lectrice qui ne serait pas au niveau de l’auteur (ne cherchez pas, moi aussi des fois je ne me comprends pas).

Donc, je me suis lancée. Très rapidement le médecin – qui perdra son nom pour s’appeler l’interne- se fait enlever et nous voilà plongé dans l’ambiance : brutalité, mystère, choc. On avance encore un peu et là, on s’en prend plein les dents en tant que lecteur occidental qui vit dans une certaine opulence. L’auteur ne va pas nous épargner et nous mettre sous les yeux toute la misère du monde, crue, sans fard.

Il s’agit certes d’un roman de Science fiction, mais ne soyons pas plus aveugle que tous les jours, cette détresse, cette pauvreté, cette vie sacrifiée, elle est là en Afrique. Tous les jours pour mieux vivre, on range la situation dramatique de certains habitants dans un petit coin de notre cerveau. On ferme bien la porte à double tour et on jette la clé.

Ayerdhal ouvre toutes les portes fermées et ça fait mal. Il ne fait pas que dénoncer une situation, il le fait bien et avec des mots percutants. Jamais on ne pense à remettre en cause la plume de l’auteur, on l’oublie tant elle est efficace et au service de son sujet.

L’interne a donc été enlevé pour aller soigner les populations abandonnées en Afrique, faut de moyen, voir d’intérêt. Les pays « développés » étant plus intéressés par la conquête spatiale. L’idée de ces enlèvements, de forcer la main aux « volontaires », met en exergue les fautes de notre société, qui se détourne des plus démunis.

Ce livre pourrait bien entendu être lu comme un roman d’aventure, il y a de l’action, même de l’amour, du suspens, du mystère. Mais je me demande si quelqu’un s’est déjà arrêté à ce niveau de lecture.

Pour conclure, vous l’aurez compris, c’est une lecture qui ne laisse pas indemne. Classé en young adult dans l’édition que j’ai lu, c’est en fait un texte qui s’adresse à tous et qui ne peut pas laisser indifférent.

– Si, avant de soulager les bien-nourris, bien-portants, bien-pensants, ta très déontologique médecine avait soigné les malades et les laissés-pour-compte de mon monde, tu serais encore devant tes ordinateurs à farfouiller dans les dépressions pour tracer un graphe social.
– Laisse tomber, est intervenu Golden. Il n’y est pour rien.
– Ta gueule ! Personne n’y est nommément pour rien, il faut seulement que ça s’arrête ! (Elle s’est de nouveau adressée à moi 🙂 Au lieu de ça, l’Interne, je t’ai amené dans la fange pour que tu m’aides à soulager le pire en essayant de sauver les meubles les moins piqués. Tu rentreras chez toi quand nous n’aurons plus de boulot, c’est promis.

D’autres avis chez Blackwolf, Mana, Yogo, LupaLorhkanA.C. de HaenneJulien le Naufragé

20 réflexions sur « Demain, une oasis de Ayerdhal »

  1. Mon seul Ayerdhal à ce jour et même si je ne me souviens plus trop, je garde le souvenir d’un roman qui fait mouche.
    Peut être que je devrai lire d’autres romans de l’auteur. Un conseil en ce sens ? Merci

  2. Tu as tout à fait raison : lire Ayerdhal c’est souvent ouvrir les portes bien fermées de nos consciences (bien vu comme image 😉 ). Je suis un peu étonnée de le savoir étiqueté en YA dans ton édition, mais bon…
    Merci pour ce très chouette retour de lecture qui m’a donné follement envie de sortir Transparences de ma PAL 🙂

  3. Whaouh, ca promet en terme de voyage. J’ai toujours un peu peur de ces livres, peur d’ouvrir ces fameuses portes ^^’ Mais plus je le vois et plus je me dis que je devrais le lire. Bref, belle chronique pour un bel ouvrage pas évident vu ce qu’il raconte. 😉

  4. Elle est parfaite ta chronique. Comment en écrire une après hein?

    Ayerdhal est un auteur percutant. Il t’ouvre les yeux, te met le nez dans le purin, éveille ta conscience, donne à ton cerveau de quoi moudre pour longtemps.
    3 titres lus, 3 différents, 3 coups de cœur.

    Qu’il est triste qu’un auteur de cette trempe soit parti si tôt…

    Pour Chroniques d’un rêve enclavé tu verras comme il est bien.

    (Je suis contente que tu ais aimé 🙂 )

Répondre à shaya Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.