Brainless de Jérôme Noirez

 

ID :

Auteur :  Jérôme Noirez –  Editions Gulf Stream, collection Electrogène  – Parution : 21/05/15 – 288 pages – prix :  16 € – genre : fantastique, young adult

 

Quatrième de couverture:

 

Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s’ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu’il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n’a pas beaucoup changé depuis qu’il est atteint du SCJH – le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux États-Unis – depuis qu’il est un zombie, autrement dit… Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se demander quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres.

 

Mon avis :

Avant de me pencher sur le pitch, j’étais déjà séduite! Quelle magnifique couverture et une tranche orange, quelle bonne idée! Vous l’aurez compris, le marketing avait déjà gagné. Et ce pitch : du zombie, un zombie au lycée, le tout dans le Dakota du Sud! Alors là il me le fallait! Pourquoi une telle excitation pour le Dakota du Sud ? Eh bien, j’y suis déjà allée, oui cher lecteur, je me suis rendue dans l’un des états les moins peuplés des USA. Passons ce moment historique grandiose (il faudra tout de même que je demande à l’auteur pourquoi il a choisi cet état) et revenons à nos zombies.

Pour une fois, je vais commencer par vous parler des personnages et en particulier de Jason. Surnommé Brainless de son vivant, tout un programme, il se réveille à la morgue, après une  fin des plus ridicules. Mais, même s’il est un zombie, ses problèmes sont un peu ceux d’un adolescent normal : l’acceptation des autres au lycée, les filles, le look et les odeurs. Là je vous l’accorde c’est plus compliqué pour un zombie, il ne faut pas qu’il oublie ses piqûres de formol… ceci dit comme il est plutôt ralenti du cerveau, il ne se rend pas compte de tout. Il est bien sympathique ce Jason, même s’il a une furieuse envie de goûter de la cervelle…

J’ai suivi les aventures de Jason et de ses camarades de lycée avec bonheur. Tous les stéréotypes des étudiants vont être revisités, de la pompon-girl, à la gothique, en passant par les étudiants ultra nationalistes racistes, avec bien souvent des surprises qui m’ont fait sourire. Si ces portraits au vitriole réjouiront les amateurs d’humour noir, dont je fait partie, Brainless n’en traite pas moins de sujets d’actualité comme l’exclusion ou la problématique de armes à feu aux Etats Unis.

Jérôme Noirez rend la lecture très dynamique en alternant les confidences de Jason à la première personne, avec les récits à la troisième personne. L’écriture est de plus très fluide. Le livre se lit donc très rapidement.

Pour conclure, j’ai découvert avec un grand plaisir cette histoire de zombie assez originale. Les histoires de cet adolescent zombie aux USA, permet de dénoncer les travers de la société américaine, tout en traitant des problèmes plus classique de l’adolescence. Une lecture qui plaira aux ados et aux plus grands. Une nouvelle collection Electrogène, chez Gulf Stream, qui s’annonce prometteuse.

 

 » Deux conditions sont nécessaires pour devenir un bon proviseur. La première, une évidence, est de ressentir un profond, intense, inébranlable dégoût pour les jeunes. La seconde est de mépriser de tout son cœur les professeurs, ces ratés,ces minables. Quand cela est acquis, on peut commencer à faire correctement son job. »

« Les gens m’ont regardé de travers, du genre : « Mais qu’est-ce qu’il a à la ramener, ce zombie ? ». J’ai alors compris que pour eux nous n’étions bons qu’à être étudiés, analysés, interrogés et que, le reste du temps, il fallait que l’on s’écrase, que l’on se comporte en gentil zombie docile. »

 

D’autres avis chez : CAFE POWELL

 n°37 

12 réflexions sur « Brainless de Jérôme Noirez »

  1. J’aime beaucoup la couverture, c’est tentant! J’avais lu l’histoire d’un adolescent zombie qui m’avait un peu déçue mais là ça semble de bien meilleure qualité.

  2. C’est sûr qu’il sera lu celui-ci ! Je ne sais absolument pas quand… mais il le sera ^^ Tu connais l’éternel problème de la planification de diminution d’une PAL exagérément volumineuses n’est ce pas

  3. Un zombine qui va au lycée? original tiens. Il y en a d’autres comme lui? Et ça va côté mobilité, la démarche n’est pas trop hachée? Remarque au lycée, ça doit lui donner un style cool :p
    A voir si jamais il croise mon chemin (le livre hein, pas le zombine! :p )

Répondre à Chat du Cheshire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :