La piste des cendres de Emmanuel Chastellière

ID :

Auteur : Emmanuel Chastellière  – Editions Critic-   Parution :  20 février 2020 – 615  pages – Prix : € – Genre :  Fantasy

Quatrième de couverture :

« Telle était la seule chose en laquelle il pouvait avoir encore confiance : le chant du métal et de la poudre. »
1896, Nouveau-Coronado.
Fils illégitime d’un influent propriétaire terrien, Azel fuit son destin, ballotté entre des origines indigènes qu’il renie et une famille qui ne l’accepte pas. Il a préféré rejoindre les montagnes, où il se contente de jouer les chasseurs de primes.
Pourtant, loin des hauts plateaux, la menace d’une guerre se profile dans la péninsule : le Nord, véritable grenier à blé, estime être exploité par le Sud, plus industriel, qui dispose d’un accès à l’océan grâce au port de Carthagène.
Lorsque Azel accepte à contrecœur d’accompagner un convoi d’indigènes décidés à quitter leurs anciennes terres pour le Grand Exil, le jeune homme est loin d’imaginer qu’il va lui-même se retrouver entraîné dans cette guerre civile… et tout ce qu’elle risque fort de réveiller.

Mon avis:

J’ai eu le plaisir de lire le premier livre d’Emmanuel Chastellière Le village. J’ai adoré sa seconde publication, le recueil de nouvelles Célestopol. Mais je n’avais pas encore découvert son nouvel univers, celui de La lune d’or. C’est maintenant chose faire, grâce à Book en stock et son mois de mars consacré à Emmanuel Chastellière.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, en ayant évité tout avis sur le sujet, pour avoir la surprise. J’ai donc découvert ce nouveau monde, qui n’est pas sans rappeler l’Amérique du Sud. Un pays conquis, dont les autochtones sont exploités pour la richesse des colons. Cela change de la fantasy qui nous propulse dans une Europe médiévale . C’est intéressant.

Plusieurs histoires évoluent en parallèle pour finalement se rejoindre, avec leurs mystères, leurs intrigues politiques, leurs guerres. L’histoire peut donc sembler touffue au départ, mais finalement tout va se lier et apporter un éclairage particulier sur l’histoire, à part….

A part cette histoire d’alchimiste dans la montagne, où là franchement, je l’ai trouvé un peu sorti de nulle part. Peut-être est-ce dû au fait que je n’ai pas lu la première histoire qui se passe dans l’univers, L’empire du Léopard? En fait, j’ai trouvé très bien construit tout ce qui tient de la politique, de la guerre, des rébellions. Mais j’ai complètement décrochée à tout ce qui était lié à l’imaginaire, les fées, les cultes…

Malheureusement c’est ce qui me plaît beaucoup dans la fantasy, avec aussi les intrigues politiques. donc une moitié de mon cerveau me disait « oui c’est bien écrit, intéressant, peut-être un peu trop western pour moi mais sympa » et l’autre « mais elle vient faire quoi, la fée, là et cet alchimiste d’où il sort ».

Donc une lecture en dents de scie, où je n’ai jamais réussi à entrer complètement dans l’histoire, malgré un univers très riche et une plume agréable.

D’autres avis chez: Zina, Dup, Lutin82, Célindanaé….

11 réflexions sur « La piste des cendres de Emmanuel Chastellière »

    1. Il y a quand même bien plus de chroniques pas du tout mitigées, voire le plaçant au-dessus de l’Empire du Léopard, qui lui-même a obtenu de très bonnes chroniques. 🙂

    2. J’ai vu beaucoup de retour positif.
      Ce titre est complètement différent de Célestopol et du village.
      Ça doit donc dépendre des goûts de chacun.

  1. Moi j’ai marché à fond sur les fées, mais j’avais lu le 1er, et pour cette partie-là typiquement, je pense que c’était important de l’avoir fait pour s’imprégner du truc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.