Underground Airlines de Ben H. Winters

ID :

Auteur : Ben H. Winters –  Traduction : Eric Holstein – Editions ActuSF collection Perles d’épice –  Parution :  04/10/2018  – 425 pages – Prix : 19.90€– Genre :  Uchronie

Quatrième de couverture :

Amérique. De nos jours. Ou presque.
Ils sont quatre. Quatre États du Sud des États-Unis à ne pas avoir aboli l’esclavage et à vivre sur l’exploitation abjecte de la détresse humaine. Mais au Nord, l’Underground Airlines permet aux esclaves évadés de rejoindre le Canada. Du moins s’ils parviennent à échapper aux chasseurs d’âmes, comme Victor. Ancien esclave contraint de travailler pour les U.S. Marshals, il va de ville en ville, pour traquer ses frères et sœurs en fuite. Le cas de Jackdaw n’était qu’une affaire de plus… mais elle va mettre au jour un terrible secret que le gouvernement tente à tout prix de protéger.

Mon avis :

Les uchronies ont souvent un point de divergence au niveau de la seconde guerre mondial. Ici l’histoire diverge fin 1800 aux USA. Quatre états n’ont pas voté la fin de l’esclavage. Les autres états ont voté l’interdiction d’acheter des biens produits dans ces états, en tout cas en apparence.

Voilà pour la toile de fond. L’auteur nous la fait appréhender assez « efficacement ». En effet, j’ai trouvé le début de la lecture assez dure quand on découvre les conditions de vie des esclaves traités moins bien que des animaux. Sans parler des noirs « affranchis » qui doivent en permanence justifier de leur liberté.

L’histoire va bien entendu traiter de ces inégalités, dénoncer l’hypocrisie du système mis en place. Mais en premier plan,c’est un thriller, qui va nous happer et nous tenir en haleine jusqu’à la fin.  Qui est réellement Victor? Un homme libre ancien esclave, un esclave « moderne » ? Qui le manipule ? Quel est donc cet esclave en fuite qu’on le fait traquer? Beaucoup de question auxquelles même le protagoniste principal, Victor, ne sait pas répondre. Il va donc mener l’enquête, comme on lui a si bien appris à le faire. Nous allons donc le suivre dans ses recherches qui le ramène dans le sud glaçant et dangereux dont il s’est enfui.

C’est un sacré personnage que Victor, il porte presque à lui-seul le roman. Ancien esclave échappé d’un abattoir de bovin, en perdant son frère. Devenu Marshall contre son grès, obligé de traquer les autres esclaves en fuite. Que lui offre de plus l’avenir qu’à un esclave? De meilleures conditions de vie, mais toujours pas la liberté.

L’auteur arrive à mêler éléments du futurs, comportements rétrogrades actuels et histoire passée avec beaucoup de succès. Un seul bémol sur le rythme du récit que j’ai trouvé précipité vers la fin.

Pour conclure, j’ai été glacée par l’univers que nous propose Ben H. Winters, révoltée par l’injustice sur laquelle repose la société qu’il nous propose. Mais également absorbée par ce thriller et passionnée par l’histoire, même si parfois il utilise quelques raccourcis pour faire avancer le récit.

Aucun amendement futur apporté à la Constitution ne saurait affecter les cinq articles précédents. De plus, aucun amendement apporté à la Constitution ne saurait autoriser ou investir le Congrès du pouvoir d’abolir l’esclavage ou de légiférer en la matière dans l’un des quelconques États où ces dispositions législatives sont, ou pourraient être, autorisées ou permises. (Extrait du XVIIIe amendement de la Constitution des États-Unis. Il s’agit du dernier des six amendements qui, en complément des quatre résolutions du Congrès, constituent ce que l’on appelle le Compromis Crittenden, soumis par le sénateur du Kentucky, John J. Crittenden, le 18 décembre 1860 et ratifié par le Congrès le 9 mai 1861.)

D’autres avis chez : Zina, Yogo, Dup, Xapur, RSF, Lune, Boudicca

20 réflexions sur « Underground Airlines de Ben H. Winters »

  1. Dans mon viseur !
    Difficile de manquer ma cible avec une telle couverture, je vais la repérer de loin ^^
    Et c’est tant mieux puisque tu a terminé de me convaincre de ne pas la louper 😉

  2. Encore une chronique qui ne va pas dans mon sens… Après on va dire que je n’aime rien ! (c’est pas vrai même si il ne faudra pas venir lire ma chronique sur Le temps n’est rien d’ici un jour ou deux… lol)

  3. Contente que ça t’ai plus aussi ! Très bon bouquin pour moi qui pose des questions actuelles en réussissant très bien à nous divertir, j »avais adoré.

  4. J’aime bien ce que tu en dis, parce qu’il a l’air de bousculer un peu (dis donc toi, tu ne disais pas que tu n’aimais pas quand ça bouscule trop? :p )

    Bref, il est fort possible que je me laisse tenter dans un certain avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.