Un océan d’amour de Grégory Panaccione & Wilfrid Lupano

ID :

Scénario : Wilfrid Lupano, Dessin : Grégory Panaccione – Editions : Delcourt, Mirages – Parution : 29/10/2014  – 222 pages – prix : 24,95 € – genre : BD

 

Quatrième de couverture:

Ce livre ne contient que des idées pêchées au grand large par Wilfrid Lupano, selon des techniques artisanales respectueuses de l’environnement culture, et mises en boîte à la sardinerie graphique Panaccione, Milan, Italie (Union européenne).

Ingrédients : océan (eau, sel, détritus), amour (eau de rose, baisers, mariage), sardines, mouettes, crêpets, homard, Bigoudènes endeuillées, sauce (aventure, suspense, second degré, drame sentimental, rebondissements absurdes, gags désopilants), Che Guevara (0,5%), arômes artificiel de Vierge Marie.

Garanti sans dauphins, sans textes ni onomatopées.
Peut contenir des traces de pictogrammes.

A consommer de préférence avant que l’océan ne fasse plus rêver.

Valeurs nutritionnelles pour 100 grammes
Valeur énergétique : plein.
Protéines (naufrages, tempêtes, action, poésie, voyages) ……………65 g
Glucies (paysages, sublimes, mélodrames sirupeux) ………………….35 g
Lipides (humour gras, moralisme) ……………………………………………0 g

 

Avec une quatrième de couverture comme ça, comment ne pas être déjà séduit ? Ce lauréat du Prix de la BD Fnac 2015 m’avait déjà tapé dans l’oeil, comment ne pas craquer quand il a été proposé dans le cadre de La BD fait son festival 2015 de Priceminister ? Réponse : impossible.

Mon ressenti :

Me voilà donc avec ce bel objet entre les mains. Avant de l’ouvrir, je l’ai examiné sous toutes les piqûres. Cette présentation en forme de boîte de sardine est bien amusante et très réussie. L’histoire est parfaitement introduite par la couverture : une Bigoudène attendant le retour de son marin-pêcheur  de mari. Les principaux protagonistes de ce récit sont annoncés : le pêcheur, sa femme et l’océan (un trio qui me parle, ayant grandi en Bretagne au bord de la mer). En quelques pages, la routine de ce couple est retracée : la journée commence, madame fait le petit déjeuner et prépare le panier repas de monsieur, qui part ensuite à la pêche. Mais cette fois-ci la routine s’enraye et monsieur ne revient pas. Madame la Bigoudène va alors déployer les grands moyens pour le retrouver (voyance, voyage à cuba….), pendant que Monsieur le Pêcheur fera tout pour rentrer (affrontant pirates, tempêtes…).

Il est bien difficile de vous parler en quelques mots de cette magnifique histoire sans parole. Enfin, plutôt sans texte, car il n’y a pas de bulle, les paroles on les devine. Mais sans texte ne veut pas dire sans histoire, car celle-ci est très dense. Elle balaiera la vie des ports rythmée par la pêche ; les difficultés du métier de marin-pêcheur : naufrage, tempête, collision avec les cargos, petit pêcheurs versus bateau-usine, ressource en poissons ; tout en abordant des problématiques environnementales : surpêche, pollution des océans, dégazage sauvage… Le tout est abordé avec finesse, sans que le lecteur s’en rende immédiatement compte, tant il est plongé dans l’aventure palpitante de Madame la Bigoudène et de Monsieur le Pêcheur. De l’aventure il y en a, avec des rebondissements, des situations incroyables, des prises d’otage, du people…. On ne s’ennuie pas. Le tout est assaisonné avec une grosse dose d‘amour et d’humour. L’équilibre est parfait.

Ce scénario très réussi de Lupano, est parfaitement porté par les illustrations de Panaccione. Les personnages sont très expressifs, les situations croquées au détail près, qu’on en vient à oublier qu’il n’y a pas de bulles. Les paysages sont magnifiques, Grégory Panaccione a su retranscrire les lumières si particulières qu’il peut y avoir sur l’océan atlantique. 

Au final, cette lecture m’a donné du baume au cœur. C’est un condensé d’amour, d’humour, permettant de porter de graves problématiques avec légèreté. L’habileté du scénario n’a d’égal que la qualité des illustrations. Un véritable coups de cœur, merci à Grégory Panaccione & Wilfrid Lupano pour cet Océan d’amour ! 

9 réflexions sur « Un océan d’amour de Grégory Panaccione & Wilfrid Lupano »

  1. A force d’en entendre parler, je me suis penchée dessus à la librairie et je l’ai ouvert. 1er coup d’œil et là, je me dis, ok graphiquement il me plaît. Mais je l’ai posé. Parce que je me garde un budget pour le festival BD de Lyon. J’espère que l’auteur, le dessinateur y sera/seront pour repartir avec une belle dédicace. Mais si ce n’est pas le cas, je repartirai quand même avec une belle BD. Et j’aime beaucoup ce que tu en dis! Merci

  2. Pour l’opération de Priceminister, j’ai hésité avec ce titre-ci. Et malheureusement, j’avais choisi avant que la Fnac le mette en avant (cela m’aurait peut-être aidé dans mon choix ?). En tout cas, cela me donne bien envie de le découvrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :