Livra’deux pour palAddict : 6ème participation

Pour cette nouvelle édition du LDPA, Licorne est ma binôme (nous sommes le binôme 40, ça vous donne une idée de la popularité de ce challenge).

Un petit rappel sur le : Mais keskecé?

En binôme, chacun choisi dans la PAL de l’autre, trois livres :
* Qu’il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l’avis d’un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé… 
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis.
Continuer la lecture de « Livra’deux pour palAddict : 6ème participation »

Sidhe, tome 1 : La diseuse d’ombres de Sandy Williams

Quatrième de couverture :

McKenzie Lewis est différente : non seulement elle voit les faes mais, elle a le pouvoir de retrouver leur trace lorsqu’ils se téléportent. Capacité inestimable pour le roi des faes qui tente d’arrêter les rebelles sanguinaires. Mais lorsque Mac est enlevée par ces derniers, elle se retrouve confrontée à un dilemme : placer sa confiance en Kyol, le maître d’armes du roi qu’elle aime en secret depuis dix ans, ou en Aren, le meneur des rebelles qui tente de lui montrer le véritable visage de la cour…

 

Sia m’a proposé trois lectures possibles dans le cadre du LDPA. J’avais prévu de lire Le prince écorché, mais la dead line se rapprochant et ayant envie de bit-lit, je me suis rabattue sur Sidhe. Une série notamment conseillée par Marika Galleman. Sia a pour sa part déjà lu et chroniqué Ellana l’envol de Pierre Bottero.

Mon ressenti :

L’histoire ne commence pas de façon traditionnelle pour un tome 1 de bit-lit. En effet, ici, l’héroïne Mc Kenzie a déjà un passé bien rempli, elle sait se servir de ses pouvoirs et est amoureuse d’un fae Kyol. Ses pouvoirs l’ont déjà rangée dans les personnes à part chez les humains. L’histoire démarre donc sur les chapeaux de roue, point de découverte fortuite d’un nouveau pouvoir ou d’un peuple étranger, mais immédiatement une bataille avec des rebelles. Je suis donc rentrée agréablement et rapidement dans l’histoire. Les pouvoirs de McKenzie sont originaux. Tout a donc très bien démarré. A partir de la moitié du livre et jusqu’à la fin, j’ai eu un peu moins d’enthousiasme. En effet, elle se retrouve au cœur d’un triangle amoureux entre un gentil elfe et un « méchant », le bad guy. C’est une situation classique, son cœur balance entre les deux et ils sont fou d’elle. De même pour l’intrigue, elle pensait travailler pour les gentils, mais est-ce vraiment le cas?

L’écriture est très fluide, facile à lire. Les nombreux dialogues dynamisent le texte et sont en accord avec le rythme de l’histoire.

J’aime beaucoup l’acharnement de l’héroïne à s’échapper, quand elle se retrouve prisonnière. Elle y met son énergie et y risque sa vie, c’est représentatif de son caractère entier. Malgré la sympathie qu’elle peut inspirer, mes personnages préférés sont des personnages secondaires. Il s’agit de Lorn, sorte de mafieux des faes, mais qui se sent concerné l’air de rien. Et le Kimki un petit animal trop mignon (trop kawaï), juste parce qu’il est mignon.

Je pense que le moment que j’ai préféré est quand Mc Kenzie est prisonnière et qu’elle tente des actions désespérées, toutes vouées à l’échec, pour se sauver. 

Au final

Une lecture agréable, mais qui ne va pas révolutionner le genre, même si elle apporte des idées nouvelles. Je n’ai pas trop apprécié le triangle amoureux.

n°5

Livra’deux pour palAddict : 5ème participation

Un an après ma première participation, me revoici pour la cinquième en compagnie de Sia cette fois-ci (nous sommes le binôme 23).

Pour avoir le rappel des règles il suffit de cliquer sur la bannière.

Voici ce que j’ai proposé à ma binôme :

  • Le Pacte des Marchombres, tome 2 : Ellana : L’Envol de Pierre Bottero : car Ellana c’est vraiment sympathique, c’est un livre qui fait du bien, facile à lire et agréable
  • Newsflesh, tome 1 : Feed de Mira Grant  : car j’ai trop envie de le lire! Il y a eu tellement de bons retours sur ce livre et puis c’est des zombies!
  • Rachel Morgan, tome 01 : Sorcière pour l’échafaud de Kim Harrison : de la très bonne bit-lit, une de mes séries préférées dans le genre

Elle a choisi de lire Ellana, une relecture, afin de pouvoir la chroniquer.

Et voici ses propositions :

  • Sidhe, 1 : « parce qu’il m’intrigue, que je lis peu de bit-lit et que j’ai confiance en ton jugement en la matière ! »
  • Les Âmes Croisées : « parce que c’est le dernier Bottero mais que malgré cela, il est très agréable à lire. J’ai beaucoup aimé, et j’aimerais savoir ce que tu en penses ! »
  • Le Prince Ecorché : « parce que je me suis salement ennuyée… et que j’aimerais savoir si ce sera pareil pour toi ! »

Je me tâte… J’ai bien envie de lire Les âmes croisés, mais lire Le Prince Ecorché représente un défi, j’ai lu des retours mitigés, une occasion de le sortir de ma PAL.

Du côté de chez Swann de Marcel Proust

Quatrième ce couverture :

Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté… Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.

 

Ce n’est pas le centenaire de la parution de Du côté de chez Swann, qui m’a fait sortir ce livre de la bibliothèque, où il dormait depuis bien longtemps. Mypianocanta me l’a proposé dans le cadre du Challenge Livra’deux pour pal’Addict. Cela m’a donné la motivation pour m’y attaquer après quelques tentatives infructueuses. Lire c’est une chose, mais chroniquer Proust… En voilà une idée farfelue ! Je n’ai aucunement l’ambition de faire une analyse de texte, ou bien de proposer un avis révolutionnaire. Je ne présenterais ici, que mon modeste ressenti à la lecture de ce livre.

 

Mon ressenti :

J’ai vraiment eu du mal à entrer dans l’histoire au départ (d’où mes échecs passés, de lecture). Le livre se sépare en trois parties : Combray, un amour de Swann et Nom de Pays : le nom. Le début de Combray a donc été assez lent au niveau rythme de lecture. Mais justement c’est peut-être là mon tort, avoir voulu aller trop vite. Car ce texte se déguste lentement. Toute cette partie est centrée sur des descriptions de souvenir du narrateur, l’enfant, qui n’a ni  nom, ni âge.  Et le lecteur est obligé de se faire au rythme de ces souvenirs. Comment les décrire avec précision, sinon en détaillant le contexte, les personnes, les lieux, les odeurs, les sentiments provoqués… ?  La première moitié de Combray est centrée sur des personnes principalement, ou sur des scènes de la vie quotidienne, le rythme est donc plutôt lent. Dès la deuxième partie le narrateur sort des murs de l’habitation et les descriptions concernent alors des paysages, des promenades. Cette partie m’a beaucoup plus entraînée. Mais Proust ne nous épargne pas, à peine nous nous faisons à son rythme, qu’il le casse lors de la deuxième partie : Un amour de Swann. Il nous envoie dans le passé découvrir la vie de ce Monsieur Swann, l’occasion de faire une satyre de la vie mondaine parisienne. Là le narrateur reste apparemment le même, cet enfant, qui pourtant n’est pas présent, mais qui fait le lien avec la première partie du texte. Le lecteur va suivre Swann dans les affres de l’amour, de la passion, puis de la haine et de la fin du sentiment amoureux (mais c’est presque de la romance me direz-vous). Changement encore de rythme pour le passage à la troisième partie Nom de Pays : le nom, nous retrouvns notre narrateur et sa vie à Paris  (mais est-ce bien un enfant, puisque le collège est évoqué?).  Il va lui aussi se confronter à l’amour, est-ce là le lien avec la seconde partie? J’ai donc terminé ce livre avec beaucoup d’interrogations. Après un début de lecture difficile, je me suis laissée portée par le texte jusqu’à la fin.

Si, durant mes études, les explications de textes m’ont parfois semblé « tirées par les cheveux », ici j’aimerais vraiment en avoir une. Les mots n’atterrissent pas à tel endroit dans la phrase par hasard, tout est travaillé avec minutie et soin pour obtenir une mélodie écrite. Il m’est arrivé de lire à voix haute mais dans ma tête et d’avoir l’impression d’entendre une musique de mots. Pour résumer ces descriptions de souvenirs évoquées précédemment, je dirais que Proust dessine avec des mots.  En tout cas il me rend un brin lyrique.

Il n’y a pas un personnage qui me tiennent plus à cœur qu’un autre, peut-être M. Swann ou encore le grand oncle du narrateur, qui fréquentait des dames. Par contre j’ai détesté Odette et les Verdurin, avec leur vue méprisante de tous ceux qui les entourent et qui ne font pas partie de leur cercle, leur méchanceté mesquine, leur bêtise arrogante.

Je n’ai toujours pas compris comment Swann avait pu tombé amoureux d’Odette et s’intéresser plus à des personnes sans aucune ouverture d’esprit, qu’a con cercle d’amis, plus spirituel. Je n’ai donc guère apprécié les passages à ce sujet. Logiquement, quand Swann ouvre enfin les yeux sur Odette, est un passage qui m’a beaucoup plus.

Cette lecture s’est avérée très intéressante (une critique sociale, l’importance de la mémoire, du temps, des noms) et très belle (un style vraiment à part),mais je pense que je pourrais plus l’apprécier avec des explications sur ce que Proust a souhaité faire de ce texte. Je gagnerais sans doute plus en compréhension, en lisant les autres livres de La recherche du temps perdu. A lire donc.

A défaut de madeleine Proust méritait bien une tartine.

 

Le temps est venu du nouveau Livra’deux pour palAddict

Et c’est Mypianocanta qui a bien voulu se prêter au jeu avec moi.

Attention voici sa proposition et ça envoie du lourd!

– Chroniques des Dieux tome 1 de James Clemens (parce que j’ai adoré Les Bannis et les Proscrits et j’ai envie d’avoir un avis sur cette nouvelle saga)
– Hunger Games tome 3 l’Embrasement de Susane Collins – comment as-tu pu t’arrêter à la fin du 2  ?
– Du côté de chez Swann car j’adore Marcel Proust… et que je vais aussi le relire ce mois-ci.

Choix difficile, j’ai envie de finir la saga hunger game, la saga de James Clemens est un défit (car je n’ai pas aimé les Bannis et les Proscrits) et Proust…. Ben Proust quoi!

Et c’est (roulement de tambour) : Marcel qui a gagné!!! J’avoue avoir un peu peur d’avoir visé trop haut. Réponse le 31 juillet au plus tard.

 

A My j’ai proposé :

Les Loups de Mercy Falls, tome 1 : Frisson de Maggie StiefvaterParce que j’ai envie de le lire. J’ai lu un livre de l’auteur et j’avais bien aimé. Il m’a donné envie d’en lire d’autres.

Le chardon et le tartan, tome 1 de Diana GabaldonTu vas te dire que ma raison est bizarre. ! En fait, je crois qu’on m’a parlé de ce livre à l’époque ou je dévorais Marion Zimmer Bradley (la pauvre). Une amie de ma mère m’avait dit que ça pourrait me plaire… Çà pourrait être l’occasion de me faire une idée… 
Kara Gillian, tome 1 : La marque du démon  de Diana RowlandJ’ai adoré découvrir une nouvelle héroïne bien sympa de bit-lit. Je te rassure ce n’est pas du tout comme pour Jenna Black.

Le suspens reste entier quant à son choix.