Sidhe, tome 1 : La diseuse d’ombres de Sandy Williams

Quatrième de couverture :

McKenzie Lewis est différente : non seulement elle voit les faes mais, elle a le pouvoir de retrouver leur trace lorsqu’ils se téléportent. Capacité inestimable pour le roi des faes qui tente d’arrêter les rebelles sanguinaires. Mais lorsque Mac est enlevée par ces derniers, elle se retrouve confrontée à un dilemme : placer sa confiance en Kyol, le maître d’armes du roi qu’elle aime en secret depuis dix ans, ou en Aren, le meneur des rebelles qui tente de lui montrer le véritable visage de la cour…

 

Sia m’a proposé trois lectures possibles dans le cadre du LDPA. J’avais prévu de lire Le prince écorché, mais la dead line se rapprochant et ayant envie de bit-lit, je me suis rabattue sur Sidhe. Une série notamment conseillée par Marika Galleman. Sia a pour sa part déjà lu et chroniqué Ellana l’envol de Pierre Bottero.

Mon ressenti :

L’histoire ne commence pas de façon traditionnelle pour un tome 1 de bit-lit. En effet, ici, l’héroïne Mc Kenzie a déjà un passé bien rempli, elle sait se servir de ses pouvoirs et est amoureuse d’un fae Kyol. Ses pouvoirs l’ont déjà rangée dans les personnes à part chez les humains. L’histoire démarre donc sur les chapeaux de roue, point de découverte fortuite d’un nouveau pouvoir ou d’un peuple étranger, mais immédiatement une bataille avec des rebelles. Je suis donc rentrée agréablement et rapidement dans l’histoire. Les pouvoirs de McKenzie sont originaux. Tout a donc très bien démarré. A partir de la moitié du livre et jusqu’à la fin, j’ai eu un peu moins d’enthousiasme. En effet, elle se retrouve au cœur d’un triangle amoureux entre un gentil elfe et un « méchant », le bad guy. C’est une situation classique, son cœur balance entre les deux et ils sont fou d’elle. De même pour l’intrigue, elle pensait travailler pour les gentils, mais est-ce vraiment le cas?

L’écriture est très fluide, facile à lire. Les nombreux dialogues dynamisent le texte et sont en accord avec le rythme de l’histoire.

J’aime beaucoup l’acharnement de l’héroïne à s’échapper, quand elle se retrouve prisonnière. Elle y met son énergie et y risque sa vie, c’est représentatif de son caractère entier. Malgré la sympathie qu’elle peut inspirer, mes personnages préférés sont des personnages secondaires. Il s’agit de Lorn, sorte de mafieux des faes, mais qui se sent concerné l’air de rien. Et le Kimki un petit animal trop mignon (trop kawaï), juste parce qu’il est mignon.

Je pense que le moment que j’ai préféré est quand Mc Kenzie est prisonnière et qu’elle tente des actions désespérées, toutes vouées à l’échec, pour se sauver. 

Au final

Une lecture agréable, mais qui ne va pas révolutionner le genre, même si elle apporte des idées nouvelles. Je n’ai pas trop apprécié le triangle amoureux.

n°5

4 réflexions sur « Sidhe, tome 1 : La diseuse d’ombres de Sandy Williams »

  1. Bon, j’ai pas une passion pour les triangles amoureux mais je pense que je pourrais m’en accommoder, si le reste tient la route. Direction la wish-list, donc !
    Merci pour cette chronique, MJ =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :