Mes vrais enfants de Jo Walton

ID :

Auteur : Jo Walton – Traductrice : Florence Dolisi – Editions Denoël, collection Lunes d’encre – Parution : 19/01/2017 – 352 pages – Prix :  22.50 € – Genre : Science-Fiction, Uchronie

 

Quatrième de couverture :

Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès ? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.

Mon avis :

Depuis le buzz provoqué par Morwenna dans la communauté des blogueurs de SF, je suis de près les sorties en France de Jo Walton. J’ai apprécié jusqu’à présent mes lectures (Subtil changement T1, T2 et T3), mais souvent avec un je ne sais quoi qui me chagrinait dans la narration. Alors, non, je ne suis pas masochiste, mais Mes vrais enfants étant annoncé comme le livre à lire de Jo Walton, il fallait que je le vérifie.

Je vous l’annonce tout de suite (pas de suspens), voilà mon livre préféré de l’auteur. Sa construction est assez étrange, puisqu’à partir d’un micro-récit de départ, celui d’une femme âgée en maison de repos, qui perd la tête, deux versions distinctes de son passé vont nous être narrées. Les deux sont uchroniques, elles divergent avec la réalité historique, mais de façon différente. L’auteur nous propose donc deux vies différentes pour la même personne. Une vie épanouie, mais avec un monde qui s’écroule, une vie bien moins heureuse dans un cadre plus optimiste.

Ce récit est vraiment surprenant par sa forme. Je ne me rappelle pas avoir lu quelque chose comme cela auparavant. En plus, le ton un peu trop gentillet de ses précédents romans a disparu, exit ce qui me dérangeait. L’auteur nous présente une femme forte, malmenée par la vie, quelle qu’elle soit. Dans ses deux vies, elle devra se battre pour ses droits, nous rappelant que les droits des femmes sont assez récents et parfois précaires.

Mais indépendance, ne veut pas dire renier la famille ou les enfants. Ceux-ci ont une place prépondérante dans ce récit, ce qui est encore une originalité. De même, l’auteur souligne avec justesse les difficultés de la prise en charge des parents âgés.

Pour conclure, ce livre est très surprenant par la gravité des thèmes abordés, mais tout en légèreté, la justesse des mots, le rythme qui fait défiler les pages, la présentation de la femme sous toute ses coutures. Une lecture intéressante et enrichissante.

D’autres avis chez : Nanet, Lune, Lorhkan, Xapur, Vert, Rose

 w

16 réflexions sur « Mes vrais enfants de Jo Walton »

  1. J’ai beaucoup aimé « subtil changement » et cette auteure est devenue une de mes chouchous. Je lirai Morwenna ! Ce livre m’a conquise avec ces deux vies aussi touchantes. Jo Walton a su faire aimer, rire et pleurer ses personnages. Pas de fausse pudeur, pas de manichéisme effarant mais pas de surenchère. Bref, une très agréable lecture.

  2. J’avais été envoutée par Morwenna et j’ai beaucoup aimé le t.1 du Subtil changement, le résumé de celui-ci ne m’inspirait pas trop je ne sais pas pourquoi, mais je me laisse convaincre par ton avis !

  3. Contente de voir qu’il t’ait plu! Ca a été aussi une agréable lecture pour moi… oui j’ai super kiffé en fait. Les deux chemins parallèles, les « réalités différentes »… aaaaah Et puis j’aime vraiment bien sa manière d’écrire (bon faut que j’en parle encore sur le blog aussi).
    A mon avis (mais bon ce n’est que mon avis), le fait que l’héroïne soit moins « neu-neu » que dans la trilogie joue peut-être…
    J’aimais bien les filles de la trilogie, mais elles faisaient fort ingénues par-moment.
    Vraiment une chouette lecture!

  4. Je le note, le souligne, et le stabilosse ! Trois précautions valent mieux qu’une Merci d’ajouter une tentation supplémentaire, au cas où j’en manquerais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :