Les montagnes blanches de John Christopher (trilogie des tripodes tome 1)

Quatrième de couverture :

A quatorze ans, Will Parker aurait été Coiffé et serait devenu un homme. Il y aurait eu une grande fête au village, tout le monde se serait réjoui – et un Tripode serait venu …
Les grosses machines étrangères connues sous le nom de Tripodes gouvernent la terre depuis des centaines d’années. La plupart des adultes en sont esclaves corps et âmes. Soumis par la Résille d’argent qu’ils doivent porter sur la tête, ils se plient à la loi des Tripodes et les vénèrent. Mais Will, qui observe les gens autour de lui, à commencer par ses amis et sa famille refuse cette fatalité.
Décidé à échapper à son destin, il se lance dans une longue et dangereuse expédition pour rejoindre un groupe rebelle d’humains non Coiffés, cachés dans les grottes des Montagnes Blanches…
Les péripéties de ce voyage forment la première partie de la trilogie des Tripodes.

Lelf avait parlé de ce livre et m’avait donné envie de le lire. Il a donc rejoint ma bibliothèque. Le challenge Un livre des mots, ayant choisi le mot (que j’avais proposé)  blanc …. 2 +3=9 c’était parti pour la lecture…

L’histoire en quelques mots :

Will était destiné à suivre la route toute tracée des habitants de son village. Au passage à l’âge adulte il serait coiffé d’une résille par un tripode. Mais le changement de caractère de son cousin suite à la cérémonie et la rencontre d’un homme non coiffé, vont changer sa vision du monde. Il décide de partir vers une contrée où les hommes ne sont pas coiffés. Le récit va raconter le début de son aventure, les difficultés mais aussi tentations qu’il pourra rencontrer.

 

Ma lecture :

Le début du livre nous plonge immédiatement dans ce monde ou les humains sont revenus en arrière par rapport au progrès scientifique. Ils se déplacent à pied et les montres sont des objets très rares. J’ai trouvé qu’il était très facile pour le lecteur de se représenter les paysages, les personnages. Bref, un début très plaisant. La suite du livre l’a confirmé.

C’est un livre jeunesse, le style est donc adapté pour des jeunes lecteurs. Cela ne m’a pas gêné, je trouve que la lecture convient également pour les adultes. On retrouve des images très classiques de science fiction, comme l’humanité, qui, revenue en arrière par rapport au progrès, découvre les vestiges de ce qu’elle a pu être dans le passé. L’auteur ne fait pas d’impair et je dirais que « la sauce prend bien ».

Le personnage de Will est attachant. Mouton au tout début, sa conscience s’éveille et le décide à fuir son destin. Mais ce n’est pas un héros sans peur et sans reproche et on le découvre très humain, sensible à la tentation d’un futur douillet à la place d’une quête vers l’inconnu. Cela lui retire de son glamour, mais ajoute de la valeur au caractère de son personnage

Il n’y a pas de moment que j’aurais plus aimé ou détesté. Certains passages sont un peu gentillets, mais il ne faut pas oublier que c’est de la littérature jeunesse.

Au final, une lecture sympathique, de la SF très classique, une quête initiatique. Je n’ai plus qu’à lire les deux tomes suivants!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :