Les damnés de l’asphalte de Laurent Whale

ID :

Auteur : Laurent Whale  – Editions : Critic  – Parution :  06/06/2013 – 484 pages – prix :  22€ – genre : Science fiction

 

Quatrième de couverture:

Quinze ans ont passé depuis l’invasion venue du Nord, mais le monde ne s’est pas amélioré, bien au contraire… La misère et la famine règnent sur un pays ravagé. Villes fantômes, bandes organisées, soldats de fortune et sectes d’illuminés en tout genre se partagent la route du Sud. Il faudrait être fou pour l’emprunter. Fou… ou déterminé.
Lorsque son frère est porté disparu, Miki, le jeune mécano, se met en tête de rallier la péninsule ibérique. A ses côtés, Toni, le pilote, et Cheyenne, le hors-mur, reprennent du service !
Commence pour eux un périple à travers un pays en proie aux flammes et au chaos. Et, alors que les survivants se disputent les miettes de la civilisation, une menace resurgit des abysses du monde d’avant. Un cauchemar sans nom qui pourrait bien barrer la route aux damnés de l’asphalte…

 

Laurent Whale, quand on le croise en festival, on ne peut pas l’oublier ! Beaucoup d’humour, très souriant. Mais jusqu’à présent, je n’avais pas encore découvert sa plume, c’est chose faite.

Mon ressenti :

Découvrir un nouvel auteur, c’est partir à l’aventure. Je ne savais pas à quel point ce serait vrai avant de démarrer ce livre. En effet, Laurent Whale nous emporte dans un road trip post-apocalyptique bien stressant. Il nous plonge dans le bain très rapidement en commençant pas une scène d’action, humain vs ours… Un petit flash-back recadre l’histoire. Puis l’on repart pour le voyage de Miki et de ses acolytes vers une Espagne ravagée. Cette Europe en ruine est très réaliste et effrayante. Et ce à deux niveaux : d’une part je me suis inquiétée pour les personnages, comme dans un thriller je n’arrêtais pas de me demander ce qui allait leur arriver (ce qui se traduit chez moi par des petits sauts, des « rho pitin rho pitin » « gneuueuuu », et au final un chat traumatisé) ; d’autre part, la lente dégradation des relations inter et intra étatique est explicitée par des brèves en début de chaque chapitre, elles donnent un goût très réaliste aux événements, qui conduisent à cette Europe post-apocalyptique. Alors pourquoi est-ce que cela ne nous arriverait pas ? On peut également se demander comment nous réagirions en cas d’effondrement de notre société. Au deux tiers du livre, je m’étais bien habituée à cette ambiance stressante et j’ai terminé le livre sans avoir le temps de dire ouf.

L’écriture est très bien rythmée, entre actions et petits momentd de repos (mes nerfs n’auraient pas tenu autrement). L’univers est très réaliste. Quand on a eu l’occasion de faire un peu le voyage de nos héros : partir de Port Leucate pour aller déjà jusque Barcelone, cela fait très bizarre de visualiser leur déplacement, de les imaginer évoluer à cheval sur l’autoroute détruite.

En plus d’un univers bien construit, l’auteur a choisi des personnages avec un sacré capital sympathie. Comment ne pas avoir envie de suivre les aventures de Miki, qui veut retrouver ses frères et se voit propulsé chef de leur petit groupe, ou encore Cheyenne, le spécialiste de la survie, un peu brute de décoffrage, mais au grand cœur … Et tant d’autres.

Au final, une très bonne découverte, je suis ravie. Une histoire qui se tient vraiment, bien écrite. Il ne me reste plus qu’à lire l’opus précédent à savoir : Les étoiles s’en balancent (et puis le prochain puisque l’auteur n’a pas fini d’écrire dans cet univers).

 

D’autres avis chez : Blackwolf, Cornwall, Sia 

 n°51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :