Les Annales du Disque-Monde, tome 01 : La Huitième Couleur de Terry Pratchett

ID :

Auteur : Terry Pratchett  – Traducteur : Patrick Couton – Editions : Pocket, collection Pocket fantasy  – Parution : 07/01/2011 – 286 pages – prix : 6,80 € – genre : fantasy

 

Quatrième de couverture:

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue…Oui, c’est le Disque-monde… Les habitants de la cité d’Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l’air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse et qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu’au Rebord du Disque. Car Deuxfleurs était d’une espèce plus redoutable qu’on ne l’imaginait : c’était un touriste…

 

Ahhh Pratchett… Un monument auquel je ne m’étais pas encore attaqué, qui me faisait peur d’ailleurs, au point de ne pas acheter ses livres. Mais Jae m’a offert ce premier tome, et un objectif de couleur pour un challenge m’a motivée. Les dés étaient jetés.

Mon ressenti :

Dur dur de commencer un livre encensé par tant de personnes, de plus j’ai du mal avec l’humour en fantasy, alors que je l’adore dans d’autres livres, film, œuvres…. Un début de lecture un peu stressé, donc. Le prologue nous donne une vision presque poético-galactique du disque monde, qui vogue sur le dos de la grande tortue interstellaire A’Tuin. Mais au bout de trois pages on se retrouve dans le concret avec la ville de Ankh-Morpok en train de brûler en toile de fond. Arrivent les deux héros du récit : Rincevent, le mage (personnage traditionnel de tout bon récit de fantasy) et Deuxfleurs, le touriste (personnage totalement improbable d’un récit de fantasy).  Et c’est sur cette dualité que va reposer le livre : les éléments classiques de la fantasy et le complètement loufoque. Toutes les situations classiques vont y passer, du héros barbares qui doit relever des défis, aux esclavagistes, en passant par les bagarres entre voleurs dans les tavernes… Mais tout cela sera agrémenté de parties de dés entre dieux, de la mort qui râle parce qu’elle ne peut pas faucher le mage, de dragon transparents car mal imaginés, d’un coffre sur patte…

Le livre se lit facilement, rien à redire sur l’écriture. Mais je n’ai pas été emportée par le récit et je ne me suis pas beaucoup marrée. Est-ce à cause d’une fierté de lectrice de fantasy, mal placée, car nombreux récits que j’apprécie sont tournés en ridicule (comme le cycle de Pern) ? Je ne crois pas. J’ai apprécié la plupart des idées, particulièrement celle de la partie de dés des dieux, ou encore les interventions de la Mort. Mais il y a trop d’idées, trop de choses en même temps, les gags s’enchaînent trop pour être désopilant.

Pour conclure, j’ai trouvé cette lecture intéressante comme introduction à l’univers du Disque Monde, mais un peu trop foutraque (c’est français foutraque?), avec trop de WTF à la ligne (WTF = What The fuck, pour la traduction, je vous laisse chercher). Par contre je suis convaincue par le fait de faire d’autres essais de lecture, que j’espère plus convaincant.

« Non, ce qu’il n’aimait pas chez les héros, c’était leur morosité suicidaire à jeun et leur folie homicide en état d’ébriété. Et puis il y en avait trop. Certains des plus célèbres terrains de basses quêtes héroïques, aux alentours de la cité, étaient littéralement envahis en pleine saison. on parlait d’instaurer un système de roulement par équipes. »

 

D’autres avis chez : Blackwolf, Tigger Lilly, Acro, Naufragés volontaires

n°12  Couleur

20 réflexions sur « Les Annales du Disque-Monde, tome 01 : La Huitième Couleur de Terry Pratchett »

  1. Moi j’ai toujours eu peur de l’humour en fantasy. D’ailleurs, j’ai voulu essayer l’autre fois avec le cycle d’Alamänder, et ça n’a pas loupé : je n’ai pas aimé. Et même ceux qui aiment Pratchett m’ont tous dit que la Huitième Couleur est loin d’être son meilleur roman, et qu’il vaut mieux commencer par d’autres titres !

  2. Je suis d’accord, j’ai un peu de mal avec l’humour en fantasy ! Parfois c’est trop loufoque et ca devient un peu « too much », J’ai lu quelques parodies aussi comme le donjon de Nalheubeuk et Bingo le post it … Je n’ai pas pu finir à chaque fois !!! Prometteur au début, ça finit par lasser …

  3. Bah j’avoue moi ça m’a beaucoup amusé. Peut-être parce que je ne suis pas une pure accro fantasy, peut-être parce que le personnage de la Mort m’a suffit ou que cette lecture est tombée au bon moment. Va savoir!
    Et si ce n’est pas le meilleur de Pratchett, tant mieux, ça vaut dire que j’ai des chances de m’amuser encore plus avec un autre

  4. Les premiers DM manquent un petit peu de la profondeur satirique qu’on trouve dans les suivants. Essayez Pyramides, les amis. C’est un stand-alone et une reprise joussive et intelligente des mythes antiques.

  5. Je l’ai « testé » il y a de ça bien longtemps, mais je n’avais pas réussi à accrocher (ok j’ai pas été plus loin qu’une vingtaine de pages). Par contre j’envisage bien de retenter l’aventure Pratchett. Quand je lis autant de bien sur les blogs… ça me donne envie.
    Par contre, on m’a conseillé deux autres titres pour commencer au cas où j’accrochais pas avec celui-là…
    Je ne sais plus trop (faut que je retrouve l’info), mais ça devait être le sort-cellier pour un (ou un truc du genre)…
    Wais ça t’aide pas hein Je reviendrai évidemment lire ton suivi de la série!

  6. Je n’ai jamais rien lu de lui, malheureusement. Son décès m’a rappelé que je devais à tout prix le découvrir, triste d’ailleurs quelque part que l’on doive attendre sa disparition.

  7. On peut ne pas accrocher, ce n’est finalement pas très grave Par contre, si les tomes sont indépendants les uns des autres (avec un fil rouge entre sous-séries), le tome 1 et le tome 2 vont de paire pour une seule et même histoire. Je te conseille vivement de ne pas laisser trop trainer du coup C’est vrai que ce que dit PtiteTrolle, moi j’ai commencé par un hors série « Le fabuleux Maurice et ses rats savants » qu’on m’a mis entre les mains.

  8. Je dois avouer que j’ai toujours été un peu frileuse avec cette saga ! C’est justement le côté « foutraque » qui me retient ^^ Te dévoueras tu pour me dire si le 2ème tome vaut le coup de passer outre ?

Répondre à Mariejuliet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :