L’aura noire de Ruberto Sanquer

ID :

Auteur : Ruberto Sanquer  – Couverture : Danièle Gaspari – Editions Scrinéo- Parution : 26/01/2017 – 467 pages – Prix :   17.90 € – Genre : Fantasy, Young Adult

 

Quatrième de couverture :

Comment affronter le destin quand on est une ado comme les autres ?
Que l’on travaille d’arrache-pied pour devenir une sorcière-guérisseuse ?
Que l’on est amoureuse alors que c’est interdit ?
Qu’une terrible malédiction tue précisément tous ceux que vous aimez ?

Un démon majeur, tiré d’un sommeil séculaire, assoiffé de vengeance et de conquête, refait surface trois mille ans après l’Apocalypse qui a anéanti la Terre Arcane.
Dans ce nouvel univers, les arbres ont acquis une conscience, et les humains des pouvoirs singuliers. Ainsi en est-il de treize apprenties sorcières qui ignorent encore que le poids du monde repose sur leurs épaules. Et parmi elles, Louyse… choisie par la destinée pour barrer la route de cette force démoniaque.

 

Mon avis :

Toujours avide de découverte et ayant eu de nombreuses bonnes surprises chez Scrineo, je me suis laissée tenter par la lecture de L’aura noire. La couverture était également très attirante.

Le début de l’histoire démarre bien avec des histoires de sorcières, de démons… qui accrochent la lectrice que je suis. J’ai apprécié l’organisation des sorcières, leur système d’école et les différents rites initiatiques basés sur le sabbat. On retrouve une trame assez classique dans le genre young adult, avec une héroïne orpheline qui doit faire ses preuves. 
L’histoire m’a globalement plu, mais je l’ai trouvée parfois un peu irrégulière au niveau du rythme et de la qualité de l’intrigue. Les rebondissements sont parfois un peu téléphonés et maladroits.
L’héroïne, Louyse,me semblait bien sympathique au départ, motivée, combattante, courageuse. Mais vers la moitié du livre, elle est devenue bien trop mièvre pour moi. Un peu de romance est souvent la bienvenue dans du young adult, mais là c’était un peu trop niais. Notre héroïne se retrouve transformée en godiche enamourée.
Pour conclure, ce fût une lecture en demi-teinte avec de très bon moments de lecture très agréables, une histoire avec du potentiel et d’autres moments un peu pénibles qui trainaient en longueur.

D’autres avis chez : Mycoton, Le comptoir de l’écureuil, Phooka

5 réflexions sur « L’aura noire de Ruberto Sanquer »

  1. Avec une couverture aussi accrocheuse, j’aurais pu me laisser piéger ^^
    Je l’avoue, les godiches enamourées ne m’attirent vraiment pas, dommage…
    Merci pour ton retour de lecture éclairant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :