Le mois d’Octobre est celui de Méropée Malo sur Book en stock !

Mais keskecé ?
Un petit rappel sur « Le mois de » chez Book En Stock :
Dup et Phooka (les Vénérables) de Book en stock ont décidé depuis 2011 de mettre en avant chaque mois un auteur en lui donnant la parole. 
Elles ont appelé ce rendez-vous : LE MOIS DE…
 
Et alors ?
Et bien en octobrec’est le mois de Méropée Malo.
 
Vous la connaissez? 
J’avoue que je n’avais pas encore lu l’auteure jusqu’à samedi dernier. J’avais bien vu son nom en festival, louché sur la couverture de Sorcière malgré elle… Et puis j’ai eu la chance de gagner ce livre cet été et avec « Le mois de » chez Book En Stock, je me suis motivée pour le sortir de ma pal sans fond! Résultat : j’ai dévoré ce tome 1 entre samedi et dimanche ! Et je suis ravie de pouvoir lire le tome 2 dans le cadre de ce « Mois de ».

Et où ça se passe ?
 
Alors venez nombreux! Venez poser toutes les questions qui vous passent par la tête, même si vous n’avez pas de blog, même si vous n’avez jamais lu l’auteur, même si vous avez peur!

Le Village d’Emmanuel Chastellière

ID :

Auteur : Emmanuel Chastellière – Couverture : Marc Simonetti –  Edition : Les éditions de l’instant – Parution : 08/06/16 – 321  pages – Prix : 18,50€ – Genre : fantastique

 

Quatrième de couverture :

Une jeune fille se réveille un matin dans une demeure inconnue.

Livrée à elle-même au cœur d’un village aussi étrange que désert, privée de ses souvenirs, elle va bien vite se rendre compte que les secrets de son passé sont liés à ceux des anciens habitants des lieux. Pour se défaire de ces liens invisibles et espérer quitter ce village aux allures de prison hors du temps, elle va devoir raviver les cendres d’un bûcher centenaire…

Mon avis :

Comme les habitants du village, ma lecture, puis ma chronique furent un peu maudite. Le livre envoyé deux fois par la maison d’édition n’est jamais arrivé. Bien gentiment l’auteur m’a permis de le lire en version numérique. Mais du coup, il s’est fait doubler dans le temps par d’autres lectures. Puis j’ai calé sur la rédaction de ma chronique, juste parce que je ne l’ai pas faite immédiatement. Enfin, j’ai eu un souci de sauvegarde et j’ai perdu la première version de la dite chronique…. erf… Mais il fallait absolument que je vous en parle !

En effet, quelle sacrée découverte ! Je ne m’attendais pas à être scotchée dès le départ. Le début du récit est angoissant, comme pour cette jeune fille qui se réveille dans un village inconnu, il y a une perte totale de repère pour le lecteur. Qu’est-ce qui se passe ? Où sommes-nous ? Et l’auteur va ménager le suspense et dérouler son intrigue avec minutie jusqu’à la fin. Tout du long, de nouvelles interrogations apparaissent, les évidences font place au doute, le tout dans une atmosphère lourde, angoissante, pour arriver à une fin en apothéose.

A la lecture, difficile d’imaginer qu’Emmanuel Chastellière signe là son premier roman. En effet, son écriture est fluide, le rythme du récit parfaitement maîtrisé. Le choix du huis-clos est très bien trouvé et permet de faire monter la tension entre les différents personnages.

Ceux-ci se répartissent en deux catégories : les adultes, les enfants/adolescents. Les adultes sont des pantins, enfermés dans leur malédiction. Les enfants sont les véritables personnages. Ils recréent leur propre société et comme dans Sa majesté des mouches, elle n’est pas forcément reluisante. Rapidement on ne sait plus à qui se fier, car même les « gentils » ont une part d’ombre. Plus rien n’est évident, tout est trouble.

Pour conclure, j’ai trouvé ce premier livre d’Emmanuel Chastellière vraiment surprenant. Je suis ravie de cette découverte, d’avoir plongé dans les ruelles tortueuses et sombre du village. J’ai hâte de découvrir ses prochains écrits.
 

D’autres avis chez : Blackwolf, Licorne, Amarüel, Ramettes, Lune, Phooka, Dup, Julien le naufragé

Le mois de septembre sera le mois de ADRIEN TOMAS

Mais keskecé ?
Un petit rappel sur « Le mois de » chez Book En Stock :
Dup et Phooka (les Vénérables) de Book en stock ont décidé depuis 2011 de mettre en avant chaque mois un auteur en lui donnant la parole. 
Elles ont appelé ce rendez-vous : LE MOIS DE…
 
Et alors ?
Et bien en septembre c’est le mois de Adrien Tomas.
 
Vous le connaissez? 
Alors j’avoue, je n’ai pas encore lu l’auteur (alors que j’ai La geste du sixième royaume qui dort dans ma pal depuis….. belle lurette!) , J’ai lu sa nouvelle dans la dernière anthologie des Imaginales, que j’ai beaucoup appréciée ! (raison de plus pour sortir rapidement le livre que j’ai dans ma pal…. oui je sais, oui je aprle toute seule).
Je l’ai également croisé en festival, ses interventions en table ronde sont toujours très intéressantes et amusantes.
 
Et où ça se passe ?
 
Alors viendez nombreux! Viendez poser toutes les questions qui vous passent par la tête, même si vous n’avez pas de partenariat, même si vous n’avez jamais lu l’auteur, même si vous avez peur!

Le 15/15 d’Emmanuel Chastellière (version bis du mois2) chez Bookenstock

 

Chers lecteurs, vous avez déjà vu passer de nombreux billets sur « le mois de » proposé par Dup et Phooka.

Cette fois-ci, pas de mois, mais un 15/15 car c’est du 15 juin au 15 Juillet 2016 que nous pourrons assaillir Emmanuel Chastellière de questions sur BOOK EN STOCK. Vous ne connaissez pas l’auteur ? C’est normal il vient juste de sortir son premier livre Le village, que je vais lire dans le cadre de ce 15/15.

Mais il ne vous est peut-être pas totalement inconnu, voici ce que nous en disent les vénérables Dup et Phooka :

Alias Gillossen.
Môsieur Elbakin quoi !
Grand Chroniqueur de Fantasy devant l’éternel, pourfendeur des assassins à cape  :))
Il est également traducteur de nombreux romans de Fantasy
dont beaucoup sont chroniqués ici :
La trilogie de Sam Sykes, La porte des Éons.
La trilogie de Daniel Hanover, La Dague et la Fortune.
beaucoup d’autres grands noms aussi : Tad Williams, Django Wexler, Aliette de Bodard…

Toute son actu est sur son blog : Un mot après l’autre

N’hésitez pas à venir lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête !

La voix de l’empereur, tome 1 : Le corbeau et la torche Nabil Ouali

ID :

Auteur : Nabil Ouali – Edition : Mnémos – Parution : 02/10/14 – 268 pages – Prix : 21 € – Genre : Fantasy

 

Quatrième de couverture :

Voici l’histoire de quatre destins réunis au cœur d’un empire mourant. L’enfant du village gelé, le paladin hanté par un sombre secret, le prêtre émérite d’un ordre qu’il méprise, et le fils de l’empereur.

Dans les rues des cités fourmillantes ou les profondes forêts, chacun accomplit un voyage sur les routes de l’empire mais aussi dans les méandres de son être : quelles sont les ficelles que tire le clergé dans les coulisses ? Qui a tenté de tuer l’empereur et d’éteindre à jamais sa voix ? Sur le sentier escarpé qui mène au pouvoir, le chemin est infiniment plus important que le sommet.

 

Mon avis :

Cela faisait quelques fois que je lorgnais sur la couverture de La voix de l’empereur. Quand Book en stock a dédié son mois de décembre à Nabil Ouali, j’ai sauté sur l’occasion de découvrir enfin ce livre. Je l’ai commencé sans avoir lu de retour auparavant, la découverte était donc totale.

J’ai été surprise à la lecture du prologue par le style de l’auteur. Je ne m’attendais pas à une écriture aussi recherchée, parfois quasi lyrique. C’est un bout de prophétie qui nous est narrée, ceci expliquant cela. Mais le style restera soutenu durant tout le récit. C’est d’ailleurs cette écriture que j’ai beaucoup appréciée, qui a bien failli me bloquer au début de la lecture. Je me serais bien passée d’une scène d’accouchement bien gore décrite en langage fleuri.

Cet épilogue passé, on entre dans le vif du sujet et le rythme m’a entraîné jusqu’à la fin du récit. La construction est assez classique pour de la Fantasy, avec plusieurs royaumes, un empereur pour les lier et un héritier qui va se retrouver face à un destin tragique. La magie est également présente, mais habilement dosée. L’auteur ne perd pas le lecteur dans de longues descriptions des royaumes, mais s’attache plus à décrire les relations entre les différents personnages et c’est ce que j’ai trouvé très intéressant. 

La palette de personnages est assez large. Comme beaucoup j’ai adoré Frimas, le mystérieux homme lige du Prince, froid comme la glace. Mais j’ai trouvé le personnage de Glawol beaucoup plus riche et surprenant.

Ce premier tome peut s’avérer un peu frustrant à la fin, car c’est un tome d’introduction. Il met l’histoire et les principaux personnages en place. L’intrigue générale n’est qu’à peine esquissée, ce qui laisse présager un tome 2 (déjà paru) et un tome 3 prometteurs.

Pour conclure, après un début pas forcément évident, j’ai vraiment apprécié ma lecture. La richesse de ce tome un se trouve dans ses personnages et leurs interactions. Un début prometteur qui donne envie de découvrir la suite.

 

D’autres avis chez : Dup, Blackwolf, Xapur, Ramette

 session décembre janvier